Skip to content
3 morts après l’attentat à la maternité de Marioupol


Le procureur général d’Ukraine, Iryna Venediktova, s’entretient avec des journalistes lors d’une conférence de presse à Lviv, en Ukraine, le mercredi 9 mars. (Alyona Nikolayevich/Ukrinform/NurPhoto/AP)

Un chœur fort et croissant appelle à un effort international pour enquêter sur les crimes de guerre potentiels commis par les forces russes en Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié mercredi le bombardement russe d’une maternité et d’un hôpital pour enfants dans la ville méridionale de Mariupol de « crime de guerre » et de « preuve d’un génocide des Ukrainiens ».

« Nous n’avons jamais fait et nous n’aurions jamais rien fait de tel, quoi que ce soit proche de ce crime de guerre dans aucune ville de Donetsk ou de la région de Louhansk, ou de n’importe quelle région », a-t-il déclaré, faisant référence à deux territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine.

L’ONU a déclaré qu’elle assurerait un suivi « de toute urgence » et que les établissements de santé, les hôpitaux et les agents de santé ne devraient « jamais, jamais être une cible ».

Mercredi, la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova a appelé à un « nouveau modèle » d’efforts d’enquête pour lutter contre les crimes de guerre présumés dans le pays, affirmant qu’un tribunal spécial devrait être créé pour la crise « sans précédent ». Elle a déclaré que 39 pays avaient rejoint l’appel de l’Ukraine à la Cour internationale de justice (CIJ) contre la Russie.

L’attaque par la Russie d’une centrale nucléaire, l’utilisation présumée de bombes à fragmentation et de soi-disant bombes à vide dans des zones denses, et le ciblage d’hôpitaux, d’écoles et de zones civiles ont également été décrits comme des crimes de guerre.

La semaine dernière, la Cour pénale internationale (CPI) a déclaré qu’elle procéderait immédiatement à une enquête active sur d’éventuels crimes de guerre à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’ONU met également en place une commission d’enquête pour enquêter sur d’éventuelles violations des droits de l’homme par la Russie.

Qu’est-ce qu’un crime de guerre? La CPI a des définitions spécifiques pour le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime d’agression. Cibler des populations civiles, violer les Conventions de Genève, cibler des groupes spécifiques de personnes et plus encore pourraient être des crimes de guerre russes potentiels. « Une chose est certaine, le fait de diriger intentionnellement des bombardements ou de viser des civils ou des biens civils est un crime relevant de la compétence de la Cour », a déclaré le procureur en chef de la CPI, Karim Khan, à CNN la semaine dernière.

Qu’est-ce que la CPI ? Située à La Haye, aux Pays-Bas, et créée par un traité appelé le Statut de Rome présenté pour la première fois devant l’ONU, la CPI fonctionne de manière indépendante. Quelque 123 pays sont parties au traité, mais il existe des exceptions très importantes et notables, notamment la Russie et les États-Unis. Et, d’ailleurs, l’Ukraine.

En savoir plus sur les crimes de guerre :

3 morts après l’attentat à la maternité de Marioupol


Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.