Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

3,5 millions de dollars en primes pour les dirigeants de la Banque du Canada

Alors que l’inflation et la hausse des taux d’intérêt détruisent le pouvoir d’achat des citoyens et obligent de plus en plus de personnes à recourir aux banques alimentaires, les dirigeants des banques centrales du pays se récompensent généreusement.

• Lire aussi : La Banque du Canada estime qu’elle en a fini avec les hausses de taux directeurs

• Lire aussi : Prêt hypothécaire: les Québécois inquiets du renouvellement après avoir vu leurs mensualités bondir

• Lire aussi : Les banques alimentaires ne devraient pas devenir un mode de vie

La Banque du Canada a versé des millions de dollars en primes à ses dirigeants l’année dernière, alors que les Canadiens ont subi sept hausses de taux directeurs et que l’inflation était à son plus haut niveau en 40 ans, selon la Fédération canadienne des contribuables (FAC), qui a obtenu ces chiffres grâce à une liberté de demande d’information.

Tous les dirigeants de la banque centrale ont reçu des primes, sauf deux, le gouverneur Tiff Macklem et la première sous-gouverneure Carolyn Rogers. En moyenne, ils se sont partagés 43 700 $, pour une facture totale aux contribuables de plus de 3,5 millions de dollars.

Loin de son mandat

Le problème est que le rôle principal de la Banque du Canada est de « maintenir l’inflation à un niveau bas et stable » et de « favoriser la prospérité économique et financière du Canada », comme on peut le lire sur son site Internet.

«Ces millions ont été distribués lors d’un des pires épisodes d’inflation», souligne Nicolas Gagnon du FCC. « Les dirigeants de la Banque du Canada n’ont aucun problème à distribuer des primes avec l’argent des contribuables, même lorsqu’ils n’ont pas réussi à protéger le pouvoir d’achat de ces mêmes contribuables », a-t-il déclaré.

Photo du site Web de la FCC

« Les files d’attente devant les banques alimentaires sont de plus en plus longues et cela est en partie dû au fait que la Banque n’a pas réussi à contrôler l’inflation », ajoute-t-il. Cela n’a aucun sens que les dirigeants se félicitent en distribuant des millions de primes.»

21 millions de dollars depuis 2015

Les primes des dirigeants de la Banque du Canada totalisent près de 21 millions de dollars depuis 2015, a calculé la FCC. Depuis, le nombre de cadres dans l’institution a augmenté de 18 %, soit 13 de plus, pour atteindre 82, souligne l’organisme voué à la défense des contribuables canadiens.

Le comble de l’ironie est qu’en juillet dernier, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a publiquement encouragé les entreprises à ne pas augmenter les salaires, afin de ralentir l’inflation. «C’est comme si on ne voulait pas suivre le message qu’on donne aux autres», souligne Nicolas Gagnon.

Dans un courriel, la Banque du Canada a répondu à Journal qu’elle « utilise un système de rémunération à la performance dans lequel une partie de la rémunération des salariés est conditionnelle. Les salariés qui atteignent avec succès tous leurs objectifs de performance reçoivent la part conditionnelle de leur salaire une fois par an. Plus des trois quarts du montant évoqué entrent dans cette catégorie de rémunération conditionnelle », nous a écrit Rebecca Spence, chargée des relations médias.

«Une entreprise normale, quand elle affiche ses pires résultats depuis 40 ans, elle ne fête pas et ne distribue pas de primes», souligne Nicolas Gagnon. Mais à la Banque du Canada, au cœur de la pire inflation depuis 40 ans, nous versons des bonus parmi les plus généreux depuis 2015. Si ce n’est pas indécent, je ne sais pas comment on peut appeler cela », conclut -il.

Voir également:


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page