Skip to content
400 personnes arrêtées lors de la marche des fiertés d’Istanbul, puis relâchées

Les 400 personnes interpellées dimanche lors de la marche des fiertés d’Istanbul ont été libérées, ont indiqué lundi les organisateurs de cette manifestation interdite par les pouvoirs publics.

Près de 400 personnes ont été interpellées dimanche 26 juin à Istanbul lors de la marche des fiertés LGBTQ+, avant d’être relâchées, ont indiqué lundi les organisateurs de l’événement et une association de défense des droits LGBTQ+.

« 373 personnes ont été arrêtées. Toutes (…) avaient été libérées le matin du 27 juin », a précisé l’association turque de défense des minorités sexuelles Kaos GL.

Comme chaque année depuis 2015, la manifestation avait été interdite par le gouverneur de la ville. Des centaines de manifestants brandissant des drapeaux arc-en-ciel se sont néanmoins rassemblés dans les rues adjacentes à la place Taksim, dans le centre d’Istanbul, totalement fermée au public.

La police anti-émeute mobilisée

Scandant « Le futur est queer ! », « Tu ne seras jamais seul ! » ou « On est là, on est pédé, on n’ira pas ailleurs ! », les manifestants ont défilé pendant un peu plus d’une heure dans les rues du quartier Cihangir, soutenus par des habitants postés aux fenêtres.

Avant même le début du rassemblement, la police anti-émeute avait fait des descentes dans les cafés et les rues de ce quartier, arrêtant ceux qui s’y trouvaient, a constaté une équipe de l’AFP.

Certains, dont un photographe de l’AFP, ont commencé à être libérés peu avant 23H00 (20H00 GMT), environ six heures après leur arrestation.


Avec l’AFP



France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.