Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

50 ans après : Une vraie révolution dans le tennis féminin


Cela faisait partie du souhait de Billie Jean King lorsqu’elle a fondé la WTA il y a 50 ans. Dès 2027, les tournois féminins de la catégorie 1000 et 500 m, les plus prestigieux en dehors des épreuves du Grand Chelem, offriront des bourses égales aux hommes et aux femmes. Ces chèques conjoints seront donc également remis aux participants de l’Omnium Banque Nationale de Montréal et de Toronto, les deux événements étant répertoriés comme « WTA 1000 ».

« Atteindre l’égalité des bourses est une étape importante du plan de Tennis Canada visant à offrir au tennis féminin de meilleures opportunités d’affaires », a déclaré Valérie Tétreault, gérante de l’Omnium Banque Nationale à Montréal, dans un communiqué.

« Nous avons investi beaucoup de temps et de ressources pour donner au tennis féminin la place et l’attention qu’il mérite », a poursuivi l’ancienne joueuse. Notre campagne marketing 2023, qui affirme que le meilleur du tennis féminin est « Le meilleur du tennis. Point final. », est un exemple clair de ces efforts. Nous pensons depuis longtemps que les joueuses du circuit WTA font preuve d’un talent et d’un athlétisme inégalés.

Valérie Tétreault.

Photo d’archive

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, l’entrevue accordée par Valérie Tétreault à l’émission « Salut Bonjour », mardi matin.

Le meilleur sport féminin, connu sous le nom de « Génie »

D’ici 2027, les cagnottes de ces tournois augmenteront progressivement afin de réduire la cagnotte entre hommes et femmes.

Les bourses attribuées au tournoi féminin devraient passer d’une proportion d’environ 32 % de celles attribuées aux hommes dans un format de deux semaines à près de 60 % en 2025.

Le pourcentage passera à 78 % en 2026 et à 100 % en 2027. Dès lors, la bourse totale de l’événement WTA sera d’au moins 10 millions de dollars, soit une augmentation de 350 % en quatre ans.

Interrogé à ce sujet à Londres, où elle a perdu au premier tour des qualifications de WimbledonEugénie Bouchard s’est également réjouie de la nouvelle, soulignant qu’elle montrait que « dans le sport féminin, le tennis est ce qu’on peut pratiquer de mieux ».

« C’est formidable pour tous les joueurs », a-t-elle ajouté. […] Je suis fier d’être sur un circuit qui est le plus égalitaire. C’est juste un bon signe que les choses changent pour la WTA. »

Une énorme différence

Cette parité des bourses est déjà effective dans les grands tournois. Wimbledon a été le dernier à emboîter le pas, en 2007.

Mais dans les épreuves de catégories plus petites, la différence peut être grande. L’Associated Press a rapporté mardi que la championne WTA 1000 de l’année dernière à Rome, la Polonaise Iga Swiatek, a empoché environ 365 000 $. Champion de la section masculine, Novak Djokovic a remporté près de… 900 000 $.

Et en 2022, la championne de l’Omnium Banque Nationale de Toronto, Simona Halep, a mis la main sur une bourse de 439 700 $, contre 915 295 $ pour Pablo Carreno Busta, couronné à Montréal.


Simona Halep, championne à Toronto en 2022.

Photo : AFP

Aussi plus de tennis à venir

Et pour le plus grand plaisir des amateurs de tennis habitués du stade IGA, Tennis Canada a également confirmé mardi que les matchs du tableau principal de l’Omnium Banque Nationale s’étaleront sur 12 jours à compter de 2025, autant chez les hommes que chez les femmes. femmes.

L’ATP a révélé l’an dernier que quelques tournois, dont Montréal/Toronto, auraient désormais un tableau principal de 12 jours et adopteraient une structure plus proche de celle des tournois du Grand Chelem.

Cependant, la WTA a annoncé mardi que le tournoi canadien et deux autres événements (Rome et Cincinnati) auront désormais également un calendrier prolongé. Ces changements s’accompagneront d’une augmentation du nombre de participants aux tirages principaux, passant de 56 à 96 pour les femmes comme pour les hommes.

Le tableau principal sera à nouveau de sept ou huit jours au cours des années olympiques en raison d’un horaire d’été chargé.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page