Skip to content
6 syndicats demandent à la Dgca de révoquer la suspension de la licence de pilote ; Les compagnies aériennes clôturent l’enquête interne

Air India juge la suspension de licence du commandant excessive et l’aidera à faire appel. Air India prend également acte de la décision de la DGCA d’infliger des amendes à la compagnie, à un personnel au sol et de suspendre la licence du commandant. Le personnel de cabine et le personnel au sol ont été conseillés et ont depuis repris leurs fonctions, ont indiqué les compagnies aériennes.

Un forum conjoint de six syndicats a appelé mardi le régulateur de l’aviation DGCA à révoquer la suspension de la licence du commandant de bord du vol Air India de New York à Delhi le 26 novembre de l’année dernière, dans laquelle un passager Shankar Mishra uriné sur une co-passagère à bord.

La Direction générale de l’aviation civile a suspendu la licence du pilote pendant trois mois, imposé une amende de Rs 30 lakh à Air India et Rs 3 lakh au directeur des services en vol de la compagnie aérienne liés à l’incident de miction.

Dans la lettre au régulateur, le forum a déclaré que bien qu’il y ait une vague de « pression publique » pour l’action, compte tenu de la gravité des allégations du plaignant, il est nécessaire d’évaluer la même chose avec la nature du pilote- devoirs et responsabilités du commandant de bord, entre autres, et d’évaluer les faits survenus devant les pilotes et l’équipage sur ledit vol. Citant divers aspects, le forum a lancé un appel à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour qu’elle « retire la lourde peine et la suspension du PIC ». Ça disait.

Le forum représente six syndicats – Indian Pilots Guild, Indian Commercial Pilots Association, Air Corporation Employees Union, Air India Employees Union, All India Cabin Crew Association et Airline Pilots Association of India.

La lettre arrive le jour où Tata Sons, propriété d’Air India, a clôturé son enquête interne sur les actions de son personnel d’exploitation et administratif lors du vol AI102 du 26 novembre de l’année dernière. L’équipage a été approché par le plaignant demandant de l’aide après avoir prétendument été uriné par un autre passager, Shankar Mishra.

Air India a déclaré: « En l’absence de témoins, l’équipage a pris l’allégation de la plaignante au pied de la lettre et l’a aidée en lui fournissant des vêtements propres, en nettoyant ses affaires et en la déplaçant vers un autre siège de classe affaires du même type que celui d’origine. »

« L’auteur présumé a été confronté à l’allégation et a professé l’ignorance de l’allégation. L’équipage ne lui avait pas servi d’alcool excessif et ne semblait pas en état d’ébriété. »

Air India a en outre déclaré: « Le commandant a été régulièrement tenu informé par l’équipage de cabine. Selon le jugement de l’équipage, l’auteur présumé n’a posé aucun risque pour la sécurité du vol à aucun moment. »

À la lumière du préjudice financier déjà subi par l’équipage pendant sa période de désinscription, Air India juge la suspension de licence du commandant excessive et l’aidera à faire appel, ont indiqué les compagnies aériennes.

Il a en outre déclaré qu’Air India reconnaissait que l’affaire aurait dû être signalée comme un cas prima facie et que l’affaire aurait dû être classée et signalée comme telle, sans préjudice de toute enquête ultérieure sur les faits. En outre, la compagnie aérienne a déclaré qu’à la réception du rapport de voyage, le personnel au sol n’avait pas contesté l’évaluation de l’équipage et qu’elle n’avait donc pas signalé l’incident comme un incident indiscipliné.

Les compagnies aériennes ont également pris acte de la décision de la DGCA d’infliger des amendes à la Compagnie, un personnel au sol et de suspendre la licence du Commandant. Le personnel de cabine et le personnel au sol ont été conseillés et ont depuis repris leurs fonctions.

« Air India prend acte de la décision de la DGCA d’infliger des amendes à la compagnie, à un personnel au sol et de suspendre la licence du commandant. Comme indiqué ci-dessus, Air India accepte que, nonobstant les circonstances atténuantes, sur la base de la lettre du RAC, elle n’a pas correctement classifié l’incident et ne l’a donc pas signalé comme requis », a déclaré Air India.

« L’équipage et le personnel au sol ont reçu des lettres d’avertissement pour qu’ils respectent désormais strictement la définition d' »indiscipliné » de la CAR lorsqu’ils signalent des incidents à bord, afin qu’une enquête ultérieure puisse évaluer les faits. Le personnel de cabine et le personnel au sol ont été conseillés et ont depuis repris leurs fonctions », a-t-il déclaré.

La DGCA avait précédemment imposé une sanction financière de trente roupies lakh à Air India. Licence suspendue de pilote commandant de bord pendant 3 mois, pénalité financière de trois roupies lakh sur les services de directeur en vol de la compagnie aérienne.


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.