Skip to content
A la veille du 1er juillet |  Des dizaines de ménages montréalais déjà sans abri





Plus d’une cinquantaine de ménages montréalais sont présentement sans abri ou à risque de l’être, un chiffre qui pourrait bien augmenter dans les prochains jours, alors que le 1euh Juillet. La Ville assure qu’elle est « réactive » et offrira un soutien aux personnes dans le besoin.

Publié à 13h53

A la veille du 1er juillet |  Des dizaines de ménages montréalais déjà sans abri

Henri Ouellette-Vézina
La presse

« S’il y a des gens qui ne sont pas en sécurité en ce moment, appelez le 311. S’il vous plaît, ne soyez pas seuls avec ce problème. Nous sommes là pour aider », a déclaré mercredi la mairesse Valérie Plante lors d’une réunion du comité exécutif.

Elle a rappelé que 3,4 millions ont été investis dans «l’équipe tactique» de la Ville, qui comprend divers partenaires tels que l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM). Cet organisme est responsable du service de référence qui accompagne les ménages dans leur recherche d’un nouveau logement.

Au printemps dernier, en avril, Montréal disait s’attendre à une augmentation de 10 à 25 % du nombre de familles qui auront besoin d’un hébergement d’urgence après le 1euh juillet, car ils n’auront pas pu trouver un logement convenable. On estimait alors que 160 ménages pourraient devoir être logés dans l’hôtel car ils se retrouveront à la rue à l’expiration de leur bail.

En 2021, les services municipaux sont venus en aide à 400 familles à la recherche d’un logement, et 127 d’entre elles, sans abri, ont dû être prises en charge et hébergées dans des hôtels. Actuellement, « 58 ménages sont actuellement accompagnés car ils sont sans-abri ou à risque de l’être d’ici le 1euh juillet », a déclaré Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en redéveloppement urbain (FRAPRU).

Son groupe rapporte également que 245 ménages locataires ont fait appel à un service d’assistance depuis le début mai à Montréal, une augmentation importante par rapport à l’an dernier. A la même période en 2021, 173 ménages locataires avaient demandé une aide. « Partout au Québec, on constate que les demandes d’aide sont à la hausse. Le délai de relocalisation des personnes est de plus en plus long. Le nombre de locataires incapables de trouver un logement devrait augmenter, à compter du 1euh juillet et dans les semaines qui suivent », a déclaré Mme.moi La flamme.

« Le bât blesse » au Québec, dit Plante

En mai dernier, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, déposait un plan d’action de 78 millions de dollars pour soutenir les ménages qui n’auront pas de logement le 1euh Juillet. « Nous nous attendons à ce qu’un plus grand nombre de personnes aient besoin d’un soutien dans leurs recherches ou même d’un soutien financier », avait également déclaré Mme.moi Laforêt.

La majorité du budget du gouvernement ira dans les suppléments de loyer, pour soutenir le paiement mensuel du bail. Le secteur communautaire, dont le FRAPRU, a cependant jugé ces mesures insuffisantes pour contrer la crise du logement.

Valérie Plante, elle, dit que son administration « fait des efforts colossaux, mais qu’au final, il faut aussi que les paliers supérieurs, qui s’occupent entre autres du logement social, fassent leurs efforts ».

« Je vous dirais qu’avec Accès Logis Montréal, on sort les unités. Là où le bât blesse, c’est Accès Logis Québec. Les demandes que nous faisons au gouvernement du Québec depuis plusieurs années pour faire sortir les unités sont bien réelles, et nous continuerons à pousser dans ce sens », a insisté le maire, réitérant que « les travaux ont bien commencé. en vue de tenir sa promesse de construire 60 000 logements sociaux supplémentaires au cours des dix prochaines années.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.