A Madagascar, Ke Rafitoson promu nouveau chien de garde de l’extraction minière

Ketakandriana Rafitoson à Antananarivo, le 14 juin 2024.

Ketakandriana Rafitoson avait des arguments solides et elle a tenu bon. Lundi 1euh En juillet, elle prendra officiellement ses fonctions de directrice exécutive du mouvement Publiez ce que vous payez – pas à Londres, où se trouve le secrétariat du mouvement créé en 2002 pour forcer les entreprises à déclarer les sommes qu’elles paient aux gouvernements contre l’attribution de titres miniers, mais à Antananarivo, la capitale de Madagascar, « parmi les pays les plus pauvres, riches en minéraux de transition et avec une gouvernance déplorable »selon ses propres termes. Même si cela signifie faire des allers-retours en Europe.

« Les minerais nécessaires à la transition énergétique se trouvent dans les pays du Sud, mais dans quelles conditions sont-ils achetés par des entreprises occidentales ou asiatiques ? Comment bénéficient-ils aux populations locales ? Pour le savoir et se protéger des transactions opaques, il faut être au Sud. Je serai très fier de servir depuis le cinquième pays le plus pauvre du monde. »a-t-elle plaidé.

L’arrestation, quelques mois avant sa nomination, du directeur de cabinet du président de la République malgache en flagrant délit de tentative de corruption de la société Gemfields a certainement joué en sa faveur. Romy Voos Andrianarisoa, arrêtée à Londres en août 2023 par l’agence britannique de lutte contre la criminalité, cherchait à obtenir 10 % des parts de la société opérant à Madagascar et 260 000 euros de commission. Elle a été condamnée à trois ans et demi de prison en mai.

Un endroit spécial

« Si l’affaire s’était produite ici, elle aurait certainement été étouffée et la vie aurait continué comme d’habitude. Le manque d’indépendance de la justice est un problème constant, il entretient l’impunité et ouvre une voie royale à la capture de l’État par des intérêts privés. »condamne le quadragénaire, rompu aux pratiques de corruption qui, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, gangrènent la grande île de l’océan Indien.

Lire aussi la chronique | Article réservé à nos abonnés Mines : « C’est un secteur où l’opacité et les pratiques de corruption ont longtemps été perçues comme inévitables voire acceptables »

À la barre depuis six ans (2018-2024) de la branche malgache de l’ONG Transparency International, elle a eu l’occasion d’explorer en profondeur les mystères les plus sombres de cette collusion entre élites politiques et économiques et de dénoncer certains des plus gros scandales. Le dernier en date étant, en 2022, l’accord entre le Lychee Exporters Group et deux sociétés françaises, permettant de contrôler le secteur de la commercialisation vers l’Europe à travers un circuit de financement opaque par l’île Maurice.

Il vous reste 65,64% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.