A Toulouse, contre l’autoroute A69, entre 1 500 et 5 000 personnes manifestent

Manifestants contre le projet d'autoroute A69 reliant Toulouse à Castres, à Toulouse, le 21 avril 2024.
MATHIEU RONDEL / AFP Manifestants contre le projet d’autoroute A69 reliant Toulouse à Castres, à Toulouse, le 21 avril 2024.

MATHIEU RONDEL / AFP

Manifestants contre le projet d’autoroute A69 reliant Toulouse à Castres, à Toulouse, le 21 avril 2024.

A69 – La mobilisation est toujours forte contre l’A69. Entre 1 550 personnes, selon la préfecture, et 5 000, selon les organisateurs, ont manifesté ce dimanche 21 avril à Toulouse dans une ambiance festive, estimant que ce projet d’autoroute « accélère les catastrophes » comme le réchauffement climatique.

« Arrêtons les dégâts. Vive le bus, le train, le vélo », «Moins de croissance, plus de bonheur» Ou « Ils ont le béton, nous avons la dalle »pouvait-on lire sur des pancartes portées par les opposants de tous âges à la future autoroute Toulouse-Castres.

« J’ai toujours manifesté contre les autoroutes. Il y a suffisamment d’autoroutes. La voiture n’est pas une nécessité »explique, au milieu de la foule, Martine, 74 ans.

« J’ai toujours voyagé à vélo, j’ai commencé bien avant la mode. La société peut se passer de la voiture. Il suffit de s’organiser, d’avoir d’autres moyens de transport que la voiture”Elle ajoute.

La manifestation était organisée par un collectif regroupant une vingtaine d’associations, syndicats ou partis politiques, dont Attac, Greenpeace, la CGT ou les Écologistes (ex-EELV). Plusieurs députés de La France insoumise étaient présents dans le cortège, dont Clémence Guetté et Christophe Bex.

LE « Retour à vélo » vivement applaudi par la foule

Certains manifestants avaient quitté Castres à vélo un peu plus d’une semaine plus tôt pour « montrer que d’autres solutions existent ». L’arrivée au point de départ de la manifestation des participants à ce convoi cycliste appelé « Retour à vélo » a été vivement applaudi par la foule.

Les opposants proposent également d’autres alternatives, comme l’amélioration du service routier ou ferroviaire national existant.

Certains élus tarnais ont également critiqué ce projet, mais d’autres, de différents bords politiques, soutiennent la construction de ce tronçon d’autoroute de 53 km, qui réduirait le trajet Castres-Toulouse d’une vingtaine de minutes, actuellement environ 1h20.

Les partisans de l’A69 dénoncent également « attaques et dégâts »comme l’incendie de quatre engins sur le chantier dans la nuit de mardi à mercredi à Saïx (Tarn).

Voir aussi sur HuffPost :