à Versailles, l’inspection du travail suspend un chantier pour « intérêt public majeur »

GL Events, société en charge de l’aménagement des tribunes temporaires des Jeux Olympiques.
Benoît Tessier / REUTERS

Le journal L’Équipe a appris l’interruption des travaux sur le site olympique de Versailles à la demande des inspecteurs du travail. Selon eux, il existait un « danger grave et imminent de chute de hauteur » pour les salariés chargés de l’installation des stands et tribunes.

Berceau des épreuves olympiques d’équitation et de pentathlon moderne, le site de Versailles a accueilli, le 29 mars, une « Mise à jour de l’étape des Jeux olympiques de 2024 » avec la présence de nombreux médias et personnalités publiques, qui ont pu découvrir, en avant-première, les lieux et dispositions prises pour l’occasion. Chargée de construire les deux tiers des stands de l’événement estival, la société GL Events a vu ses travaux interrompus par l’inspection du travail. Pour ces derniers, cela n’a pas été arrêté mais ajusté : «C’était juste un ajustement de la méthodologie« .

L’inspection du travail appelle à l’arrêt immédiat

En visite sur le site olympique de Versailles le 8 mars, l’inspection du travail a exigé l’arrêt immédiat des travaux. Et pour cause, les salariés ne sont pas en sécurité sur leur lieu de travail. «(Les ouvriers étaient) positionnés sur des planches qui n’étaient pas fixées à la structure, et ils risquaient donc de glisser, de basculer ou de tomber sur les autres salariés situés en dessous », disent les inspecteurs.

Une décision suivie et appuyée par le tribunal : « Il en résulte que compte tenu notamment de la situation de danger grave et imminent de chute de hauteur des salariés, la condition d’urgence relative à la reprise du chantier (…) n’est pas remplie dans ce cas.

GL Events craint un retard

Alors que l’épreuve équestre débute le 27 juillet, la société GL Events craint un retard suite à l’arrêt des travaux. L’entreprise a peur que cette dernière fasse des compromis”la tenue d’événements sportifs liés aux Jeux Olympiques » et maintient qu’il n’y a pas de danger majeur. Toutefois, selon Paris 2024, le projet n’a pas pris de retard. A noter qu’il n’est pas totalement arrêté sur le site de Versailles. Seuls les travaux sur le stand concerné ont été interrompus.


 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >