Skip to content
Accor devrait être un palace, tandis que Penrith deviendrait les méchants de ‘The Castle’


Il y a peu de choses qui me font plus chier que les gens qui se plaignent des améliorations du stade tout en citant le manque de financement dont nous disposons pour les écoles et les hôpitaux.

« Je ne vais même pas aux matchs de sport », déclarent-ils avec suffisance, montrant à quel point ils sont intelligents et drôles en prétendant qu’ils ne connaissent pas les noms d’un code sportif majeur, « pourquoi mes impôts devraient-ils financer des mises à niveau ? »

Très vite, parce que c’est comme ça que fonctionne l’impôt.

Je n’ai pas été soigné dans un hôpital public depuis… peut-être jamais ? Et ma scolarité s’est terminée il y a près de 20 ans et mon enfant n’est pas encore en âge d’aller à l’école. Mais je ne demande pas de remboursement pour ne pas être tombé malade ou blessé, ni pour ne pas avoir utilisé le système éducatif pendant deux décennies.

Ainsi, les gens qui veulent utiliser l’argument « l’argent de mes impôts ne devrait pas être gaspillé dans les infrastructures sportives » peuvent se taire. C’est ignorant, ce n’est pas constructif, et – alors que les gens ont évidemment le droit d’avoir des préférences – quiconque déclare fièrement son mépris pour le sport ne fait pas preuve de sophistication, il montre qu’il est un connard.

Maintenant, Dominic Perrottet n’a pas tout à fait démérité à ce montant la semaine dernière, mais utiliser les inondations comme excuse pour revenir en arrière sur la modernisation des stades de Sydney (stades? Voir ci-dessus: ne pas montrer de sophistication) était assez proche.

Plus précisément, le Premier ministre de NSW a déclaré que la modernisation des stades de banlieue de Sydney serait « mise en scène » :

« Le gouvernement vient de recevoir le rapport d’enquête sur les inondations, qui entraînera probablement un coût important pour le contribuable et je note qu’en ce moment, il y a encore 1366 personnes sans domicile en Nouvelle-Galles du Sud en raison des inondations. »

Le rapport dont il parle, selon ses termes de référence, concerne « la réponse aux inondations majeures à travers NSW en 2022 ».

Maintenant, il s’est passé beaucoup de choses ces dernières années, mais savez-vous ce qui s’est passé en Nouvelle-Galles du Sud en 2021 ? Inondations. De vrais méchants.

Et l’année d’avant ? Eh bien, l’été 2019-2020 a vu la nation brûler dans certains des incendies les plus horribles de l’histoire enregistrée, avec des milliers de maisons détruites.

Je ne cherche en aucune façon à diminuer le sort des personnes déplacées par l’une de ces catastrophes, mais je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que le gouvernement NSW était apparemment heureux de poursuivre ses plans de stade après les événements horribles de ‘ 20 et ’21.

En fait, selon Peter V’landys, le premier ministre avait promis à deux reprises que les terrains de la banlieue seraient modernisés dans les mois suivant les inondations de cette année.

Peter Vlandys, président de la commission de la Ligue australienne de rugby. (Photo de Mark Kolbe/Getty Images)

« (Quand) ils utilisent la tragédie humaine des inondations pour expliquer pourquoi ils y renoncent, cela prend une autre dimension », a déclaré le président de l’ARLC la semaine dernière.

Cela dit, je m’interroge sur la sagesse de continuer à se concentrer sur les stades de banlieue de Sydney, qui sont des installations qui desservent de petites populations de fans semi-dévots à des occasions de plus en plus rares.

Regardons les neuf clubs de la NRL de Sydney et leurs terrains « domiciles »:

Bulldogs de Cantorbéry : Stade Accor, stade CommBank, terrain de sport de Belmore
Requins Cronulla : Stade PointsBet
Aigles de mer virils : Parc des 4 Pins
Anguilles Parramatta : Stade CommBank
Panthères de Penrith : Stade BlueBet
Rabbitohs du sud de Sydney : Stade Accor
Dragons de St George Illawarra : Stade Netstrata Jubilee, stade WIN
Coqs de Sydney : SCG (SFS en 2023)
Tigres de l’Ouest : Leichhardt Oval, Stade de Campbelltown, Stade CommBank

C’est 11 stades pour neuf équipes. Même si on enlève Belmore, avec son match par an, on a toujours plus de salles que de clubs.

Maintenant, sur les 11 ci-dessus, le SFS et CommBank sont tout nouveaux, et cette année, Accor a fait installer le Great Southern Screen – qui mesure 120 m de long sur 10 m de haut – dans le cadre de 10 millions de dollars de mises à niveau numériques.

Non, ce n’est pas la rénovation de 800 millions de dollars qui avait été précédemment promise pour le plus grand stade de Sydney, mais ce n’est pas comme si le site du parc olympique venait d’être laissé pourrir. Je veux dire, à Newcastle, nous avons deux écrans et un seul d’entre eux fonctionne.

Accor devrait être un palace, tandis que Penrith deviendrait les méchants de ‘The Castle’

(Cameron Spencer/Getty Images)

Pendant ce temps, il est prévu que Penrith obtienne une toute nouvelle installation de 300 millions de dollars.

Bien sûr, cela ressemble à beaucoup d’argent, n’est-ce pas? Je veux dire, quand Newcastle a fait rénover un stade, cela a coûté environ 80 millions de dollars au total. Ce n’est pas une grosse somme d’argent, mais cela représente environ un quart du coût de la mise à niveau proposée par Penrith.

Et quelle mise à niveau c’est, avec le rythme de Penrith qui sera détruit au bulldozer et transformé en une nouvelle maison pour les Panthers, afin que les premiers ministres en titre puissent continuer à jouer sur leur terrain actuel, puis déménager à côté lorsque le tout nouveau terrain est terminé .

Quant à savoir pourquoi cela va coûter 300 millions de dollars, c’est en partie parce que le paceway n’a pas seulement besoin d’être démoli, il doit également être acheté, le gouvernement ayant annoncé son intention d’acquérir obligatoirement le site.

Et non, les propriétaires actuels n’ont pas envie de faire leurs valises et de partir.

Juste pour le préciser, nous vivons dans une version de la ligue de rugby de Le château – et devinez ce que les fans des Panthers, votre club n’est pas les Kerrigans, c’est le groupe Barlow.

Ensuite, en plus de tout cela, la LNR veut un financement pour des mises à niveau chez PointsBet, 4 Pines, Leichhardt et apparemment McDonald Jones.

Maintenant, alors que les écoles, les hôpitaux et les secours en cas de catastrophe sont séparés du financement des stades, stades ne sont pas.

Donc, 300 millions de dollars de financement pour Penrith – qui abrite les Panthers et aucune autre équipe sportive nationale – semble être une façon étrange de dépenser le pot d’argent limité, étant donné que vous pourriez logiquement transformer le terrain actuel en une réplique moderne des 33 000- s’asseoir au Hunter Stadium et il reste quelque 200 millions de dollars (et tout cela sans qu’on leur dise de « souffrir dans tes jocks » lorsque les gens au rythme obtiennent leur victoire légale réconfortante).

Ces 200 millions de dollars contribueraient grandement à moderniser les installations de Cronulla, Manly et Leichhardt.

Je ne discuterais pas avec un coup de peinture dans le Hunter, mais le plan est en fait un réaménagement total de l’enceinte, qui est sur les cartes depuis 2017 et ne fait donc partie d’aucun accord avec le gouvernement NSW pour garder la grande finale à Sydney (qui, pourquoi les Novocastriens s’en soucieraient – notre équipe ne joue pas, notre ville n’en profite pas – l’emporter à Brisbane, ne fait aucune différence pour nous).

Logiquement, Sydney pourrait avoir quatre améliorations au sol décentes avec l’argent actuellement proposé pour Penrith. À ce stade, je suggérerais à la LNR de se taire un peu.

Deux stades flambant neufs et quatre avec des améliorations qui les rendent adaptés à leurs objectifs très limités en banlieue, c’est plus que juste pour une ville avec neuf équipes.

Je pense qu’il y a toujours un argument en faveur d’une grande mise à niveau du stade australien, mais c’est un combat que la LNR devrait également impliquer Rugby Australie et Football Australie, créant une campagne de choc et de crainte qui garantit que le stade le plus grand et le plus central de Sydney devient un palais. dédié aux sports joués sur un terrain rectangulaire – celui qui fait même le célèbre Lang Park ôter sa casquette proverbiale.

Mais tout comme vous devez être un connard pour dire que le sport ne mérite pas de financement, vous vous montrez comme un imbécile égoïste si vous pensez que vous méritez des centaines de millions de dollars pour améliorer chaque lieu auquel vous êtes vaguement associé, dans une compétition qui compte rarement plus de quatre matchs joués dans une ville entière un week-end donné pendant six mois.



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.