Skip to content
Accusé de ne pas avoir suffisamment protégé les mineurs, Epic Games va débourser 520 millions de dollars


Publié le :

L’éditeur américain de jeux vidéo Epic Games va débourser 520 millions de dollars dans le cadre d’un accord avec la Consumer Protection Agency (FTC) des États-Unis. L’agence lui reproche de ne pas avoir suffisamment protégé les joueurs mineurs de son jeu phare, Fortnite, selon un communiqué publié lundi 19 décembre.

Une partie de la somme, soit 275 millions de dollars, concerne des griefs relatifs à la collecte de données relatives à des joueurs mineurs ainsi qu’à leur exposition à des adultes. Le reste, soit 245 millions, concerne des achats effectués dans le jeu par des joueurs mineurs, qui n’étaient pas au courant d’effectuer un paiement. Le reste, soit 245 millions, concerne des achats effectués dans le jeu par des joueurs mineurs, qui n’étaient pas au courant d’effectuer un paiement. Cette somme sera restituée aux joueurs.

 » Nous avons accepté cet accord car nous voulons qu’Epic soit à l’avant-garde de la protection des consommateurs et offre la meilleure expérience à nos joueurs. », a commenté l’éditeur, dans un communiqué. La société de Cary, en Caroline du Nord, a également déclaré avoir réalisé, ces dernières années,  » des changements pour (faire) en sorte que notre écosystème soit en phase avec les attentes de nos acteurs et régulateurs « .

Deux actions contre Epic Games

La FTC avait intenté deux actions distinctes contre Epic Games, la première, devant un tribunal civil fédéral de Caroline du Nord, accusant l’éditeur de ne pas avoir informé les parents de joueurs mineurs qu’il collectait des données personnelles sur leurs enfants. L’agence a également dénoncé le fait que l’interface de communication, vocale ou écrite, entre joueurs était activée par défaut pour tous les utilisateurs de Fortnite.

De ce fait, les adultes pouvaient librement entrer en contact avec les enfants via la plateforme.  » Partout dans Fortnite, des enfants ont été menacés et harcelés, y compris sexuellement », a plaidé la FTC dans le document remis à un juge fédéral. La deuxième action concernait le fait que les méthodes d’achat d’objets virtuels dans le jeu avaient été tellement simplifiées que les jeunes joueurs pouvaient ne pas se rendre compte qu’ils effectuaient des achats.

La FTC avait notamment recueilli des témoignages de parents expliquant qu’ils avaient découvert que leurs enfants avaient dépensé des dizaines voire des centaines de dollars à leur insu en jouant à Fortnite. Depuis, Epic Games a notamment ajouté un niveau de validation supplémentaire pour un achat et introduit une limite de dépenses sur la plateforme pour les joueurs de moins de 13 ans.

►À lire aussi : Accusé de créer de l’addiction, le jeu vidéo Fortnite poursuivi au Canada

(Avec AFP)

www.rfi.fr


zimonews Fr2En2Fr