Skip to content


Patrick Mouratoglou avec Serena Williams.

L’entraîneur de tennis en chef, Patrick Mouratoglou, a admis que l’entraînement depuis les tribunes dure « depuis des décennies » alors que l’ATP s’oriente vers la légalisation de la pratique.

Le tennis masculin testera l’entraînement «hors du terrain» tout au long de la seconde moitié de la saison, l’entraînement étant autorisé à partir de sièges désignés à partir de juillet.

Cela signifie que l’entraînement sera autorisé lors du dernier grand chelem de l’année, l’US Open en août.

LIRE LA SUITE: Le sinistre avertissement d’Eddie à l’AFL sur le rêve tasmanien

LIRE LA SUITE: Le sélecteur ouvre la porte à la torsion de la composition des Maroons

GUIDE ULTIME : Jeu sur l’état d’origine II

L’ATP a annoncé que le coaching verbal ne sera autorisé que lorsque le joueur se trouve du même côté du terrain, tandis que les signaux manuels seront autorisés à tout moment.

Mouratoglou était au centre de la finale féminine explosive de l’US Open 2018 entre son ancienne élève Serena Williams et Naomi Osaka, lorsque Williams a reçu une violation du code de l’arbitre Carlos Ramos pour entraînement.

Williams a qualifié Ramos de « menteur » et de « voleur » et a dit : « Je ne triche pas… Vous me devez des excuses. »

Actualités ATP |  Le procès des entraîneurs va commencer alors que Patrick Mouratoglou admet que cela se produit « depuis des décennies »

Répondant à la décision de l’ATP d’autoriser le coaching, Mouratoglou a reconnu que cela s’était poursuivi malgré tout.

« Félicitations à l’ATP d’avoir « légalisé » une pratique qui se poursuit à presque tous les matches depuis des décennies. Plus d’hypocrisie », a-t-il écrit sur Twitter.

Cela a attiré une réprimande cinglante de la légende australienne du tennis et commentateur de Wide World of Sports, Todd Woodbridge.

« C’est tellement décevant de voir qu’un entraîneur aussi renommé admet de manière flagrante qu’il a enfreint les règles de notre sport pendant si longtemps », a écrit Woodbridge.

La star australienne Nick Kyrgios a également pesé, expliquant qu’il était contre le changement.

« Complètement en désaccord. Perd l’un des seuls traits uniques qu’aucun autre sport n’avait », a-t-il écrit.

« Le joueur devait comprendre les choses par lui-même. C’était la beauté de la chose. Que se passe-t-il si un joueur de haut niveau contre un joueur de bas classement qui n’a pas ou ne se permet pas d’avoir un entraîneur? »

L’écrivain de tennis du New York Times, Christopher Clarey, a également déploré le changement.

« Triste journée pour le tennis à mon avis », a-t-il écrit.

« Le fait que l’US Open en fasse partie le rend encore plus triste. Le tennis n’a pas besoin d’entraînement en match. Il pense juste que c’est le cas. »

Pour une dose quotidienne du meilleur de l’actualité et du contenu exclusif de Wide World of Sports, abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici!

Sports Grp1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.