Skip to content
Agression sexuelle | Harold LeBel ne fera pas appel du verdict de culpabilité

L’ancien député péquiste Harold LeBel, reconnu coupable d’agression sexuelle le 23 novembre, a décidé de ne pas en appeler du jugement.


« Nous sommes déçus du verdict. Cependant, le juge Francœur a mené ce procès de manière irréprochable. Par conséquent, nous n’avons aucun argument nous permettant de pouvoir faire appel », a déclaré son avocat, Maxime Roy, dans un bref communiqué.

Les deux parties seront de retour au palais de justice de Rimouski le 16 janvier. Elles ont indiqué vouloir présenter une proposition de peine commune.

Le jury a rendu son verdict après deux jours de délibération. Les 12 jurés – 9 femmes et 3 hommes – sont arrivés à la conclusion unanime que l’homme avait agressé la plaignante hors de tout doute raisonnable en octobre 2017.

Rappelons que la plaignante racontait avoir vécu une « nuit sans fin » dans l’appartement de Rimouski de l’ex-politicienne, de quelque 30 ans son aînée.

Elle a couché avec un collègue chez M. LeBel lors d’un voyage d’affaires. La soirée se déroulait sans encombre et son amie était allée se coucher dans une chambre lorsque l’homme a soudainement et sans prévenir tenté d’embrasser la victime.

La jeune femme, dont l’identité est toujours protégée par une décision de justice, a expliqué au tribunal qu’il avait alors dégrafé son soutien-gorge, puis passé la nuit à la toucher alors qu’elle gisait immobile, incapable de dormir.

L’ex-politicien de 60 ans a clamé son innocence. Il a plutôt dit au tribunal que leur baiser était consensuel. Selon lui, il s’est simplement allongé dans le même lit que la plaignante, puis s’est réveillé avec ses bras sur elle au hasard de son sommeil. Le jury ne l’a pas cru.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.