Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Allégations dévastatrices : escortes, drogues dures et voitures de luxe pour le « roi du gyprock »


Des escortes à gogo, des soirées dignes du film Le loup de Wall StreetConsommation massive de drogues dures, Rolls-Royce, Ferrari et jet privé, le propriétaire d’une des plus grandes entreprises de gyproc de la région de Montréal se retrouve aux prises avec des problèmes financiers dus à un mode de vie princier et autodestructeur, selon des allégations dans une poursuite.

Deux anciens partenaires d’affaires et leurs entreprises ont intenté une poursuite cet été au palais de justice de Saint-Jérôme contre Hugo Bernard, le patron de Gestion Groupe Bernard, et ses entreprises, et leur réclament plus de 1,3 million de dollars.

Le mode de vie d’Hugo Bernard, qui représentait jusqu’à tout récemment une dépense de 50 000 $ par mois, serait à l’origine de son incapacité à rembourser ses dettes.

Hugo Bernard pose devant une Rolls-Royce.

Photo prise sur Instagram, Hugo Bernard

Cette dernière aurait multiplié les prétextes pour ne pas respecter ses obligations au fil du temps. L’un des créanciers a déclaré avoir reçu un appel téléphonique menaçant alors qu’il tentait de recouvrer sa dette.

  • Écoutez la partie juridique avec Félix Séguin qui est sur place via
    :

«Bernard est aux prises avec un réel problème de consommation de drogues dures en tout genre qui, d’occasionnelle, est désormais devenue systémique et quotidienne», soutient Francis Duchesne, l’un des créanciers, dans la procédure.


Capture Instagram

Hugo Bernard au Costa Rica en 2022.

capture d’écran Instagram, Hugo Bernard

« Cette consommation est soutenue, là encore quotidiennement, par des services d’accompagnement à longueur de journée, tantôt pour des relations sexuelles, tantôt pour accompagner Bernard dans ses activités, notamment les jeux de cartes », poursuit-il.

L’une des entreprises d’Hugo Bernard est parmi les plus importantes en installation de gyproc dans la région de Montréal. Elle est notamment impliquée dans plusieurs projets immobiliers importants dans la région de Montréal, dont Solaire à Brossard sur la Rive-Sud.

Fonds publics

Selon la procédure, la Banque de développement du Canada (BDC) détient également une hypothèque sur le siège social du Groupe Bernard, qui fait l’objet d’une saisie avant jugement dans ce dossier.

L’entreprise de Bernard est partenaire du Fonds de solidarité FTQ dans un projet majeur au centre-ville de Montréal, le Maestria, selon le site Internet de l’entreprise.


Capture Instagram

Des voitures de luxe affichées par Hugo Bernard sur son compte Instagram.

Photo prise sur Instagram, Hugo Bernard

Un autre créancier, Jean-Sébastien Servant, affirme pour sa part que depuis qu’il connaît Bernard, il a dû effectuer des travaux à la résidence personnelle de Bernard à plus d’une reprise à la suite de fêtes qui s’y déroulaient.

« Les suites de ces « fêtes » ont laissé des traces qui n’étaient pas très anodines, comme l’enfoncement d’un sabre dans un mur, des portes enfoncées à coups de poing, etc. », souligne-t-il.

En septembre, un juge a autorisé une saisie provisoire des biens appartenant à Bernard, sans toutefois encore se prononcer sur le fond de l’affaire. Les deux créanciers et sociétés ont pu enregistrer la saisie notamment sur une résidence d’Hugo Bernard à Boisbriand évaluée à 2,6 millions $.


Capture Instagram

Cette maison de Boisbriand de Hugo Bernard est sujette à saisie avant jugement des créanciers.

Photo Le Journal

Francis Duchesne souligne également que Bernard a mis en vente une autre résidence pour 3,3 millions de dollars à Rosemère.


Capture Instagram

Cette maison à Rosemère appartenant à Hugo Bernard a été mise en vente. Crédit photo : Jean-François Cloutier, Le Journal de Montréal

Photo Jean-François Cloutier

Impressionné

« Les atouts de Bernard et son style de vie ultra-riche ou luxueux laissent présager du succès et du succès », explique Servant.

Il dit lui avoir prêté de l’argent, tandis que Bernard lui faisait croire à des investissements dans deux projets immobiliers sur la Rive-Nord qui n’auraient pas abouti.

Ces prêts lui coûteraient 15 000 $ en intérêts mensuels et auraient causé un stress considérable à sa famille.

Ces allégations n’ont pas encore été prouvées devant les tribunaux.

Il nie avoir des problèmes financiers

Le grand patron de Gestion Groupe Bernard, Hugo Bernard, nie que les dettes de ses associés soient en danger et assure avoir pris le contrôle de lui-même.

« Je n’ai jamais eu l’intention de ne pas payer mes dettes et jamais les sociétés dont je suis administrateur (…) n’ont eu l’intention de le faire », indique-t-il dans une déclaration sous serment.

Cela remet également en question la validité de certaines allégations avancées par l’accusation.


Capture Instagram

Photo prise sur Instagram, Hugo Bernard

Une demande d’annulation de la saisie avant jugement a été déposée en septembre.

Selon l’homme d’affaires, il y a beaucoup de capitaux propres dans les propriétés qu’il possède personnellement et celles de ses entreprises.

Consommation

Ce dernier ajoute que « plusieurs éléments contenus (dans la plainte) sont faux ou n’ont jamais été portés à sa connaissance », notamment en matière d’escortes. Il ne nie pas certains problèmes de consommation, mais il affirme qu’ils ont été résolus.

« J’ai arrêté toute consommation il y a plusieurs mois et j’ai pris le contrôle de moi-même en tant que tel », raconte-t-il.

Hugo Bernard soutient en outre que ses partenaires ont eux-mêmes bénéficié de ses largesses et participé à ses soirées, et « qu’ils ont tous deux consommé de manière tout aussi excessive ».

Il nie également avoir jamais été de mauvaise foi ou avoir proféré des menaces.

« Les allégations de Servant et Duchesne concernant ma vie privée et personnelle ne prouvent en rien que leur dette soit en danger, outre le fait qu’elle soit due par l’une ou l’autre des sociétés dont je suis actionnaire ».

Selon lui, il apparaît clairement que de telles allégations ont été formulées dans le but de nuire à sa réputation et de fausser une affaire judiciaire.

Extraits du procès

« La consommation de Bémard est tout simplement disproportionnée et ahurissante, elle n’est pas sans rappeler un scénario de film hollywoodien. »

« Sa consommation se fait à la vue de tous, devant ses amis et connaissances, ainsi que devant ses salariés et devant les chefs de ses entreprises à tout moment. »

« Les locations ou possessions de Bernard d’automobiles de luxe, notamment Rolls-Royce, Ferrari et autres, pour un budget mensuel moyen de 50 000 $ avant de les vendre récemment, ou même ses voyages en jet privé. »

« Les accompagnateurs qui l’accompagnent à toute heure de la journée et l’assistent lors de ses parties de cartes représentent une dépense quotidienne qui peut atteindre la folle somme de 5 000 $. »


Capture Instagram

Photo prise sur Instagram, Hugo Bernard

» Bernard, entre sa consommation excessive de drogues dures, le recours constant à des escortes, au volant de plusieurs voitures de luxe simultanément, à savoir : une Ferrari 2021 812 GTS, un coupé Porsche 911 Turbo S, une Rolls-Royce Cullinan 2022, une Rolls-Royce Ghost 2022 , pendant la période où il était censé me rembourser, aimait se comparer au personnage principal du film Le loup de Wall Street de Martin Scorsese, ce qui en dit long sur son modèle de référence.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page