Allemagne. L’AfD éclaboussée par l’arrestation d’un espion chinois présumé au Parlement européen

« L’affaire pourrait avoir des conséquences explosives », souligne le Zeitung d’Allemagne du Sud. Le 23 avril, les procureurs allemands ont annoncé l’arrestation d’un assistant d’un député européen de l’AfD, identifié comme Jian G. et accusé d’être « l’employé d’un service secret chinois », rapports Politique. Il n’a pas travaillé pour n’importe quel élu au Parlement européen : Maximilian Krah est tête de liste du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne aux élections de juin.

Par ailleurs, rappelle le média dans son édition européenne, les autorités allemandes ont déjà arrêté lundi « trois personnes soupçonnées d’avoir fourni des informations sur des technologies militaires à un service de renseignement chinois ». Lundi, alors qu’ils se trouvaient au Royaume-Uni, deux hommes, dont un chercheur parlementaire, ont été accusés d’espionnage pour le compte de la Chine.

Un élu controversé

Pékin a contesté les accusations de la justice allemande. « Le but de ce genre de battage médiatique est évident, a dénoncé un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité