Atos va vendre son logiciel de contrôle de centrale nucléaire pour 270 millions d’euros

L’encre sur l’accord avec David Layani est à peine sèche pour lancer son sauvetage, Atos en annonce un deuxième. Mardi soir, le géant de l’informatique a annoncé ouvrir des discussions exclusives pour la vente de Worldgrid, sa filiale qui conçoit des logiciels de contrôle et de supervision des centrales nucléaires en France, au Royaume-Uni, en Russie et en Chine, soit l’équivalent de 15% du marché mondial. flotte.

Et contre toute attente, Assystem, spécialiste du nucléaire très proche d’EDF, n’est pas favori. Ni même l’électricien français cité par Bruno Le Maire comme acheteur naturel. Atos a ainsi choisi pour son entité de 1 100 salariés le poids lourd de l’ingénierie Alten, ses 57 000 salariés et ses 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe fondé et dirigé par Simon Azoulay a finalement remporté le prix. Elle valorise Worldgrid à 270 millions d’euros, soit 1,6 fois son chiffre d’affaires.