Skip to content
Au moins deux morts et plusieurs blessés dans une fusillade à Paris, un suspect interpellé

Plusieurs coups de feu ont été tirés dans le 10e arrondissement de Paris peu avant midi vendredi, tuant au moins deux personnes et en blessant plusieurs. Un homme a été interpellé, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Au moins deux personnes sont mortes, et quatre autres blessées, dont deux en urgence absolue, selon un bilan provisoire, vendredi 23 décembre, dans une fusillade dans le Xe arrondissement de Paris. Un homme a été interpellé et placé en garde à vue, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Les faits se sont déroulés rue d’Enghien, à proximité d’un centre culturel kurde, dans un quartier commerçant animé et particulièrement apprécié de la communauté kurde.

Une enquête a été ouverte pour les chefs de meurtre, homicide volontaire et violences aggravées. Les investigations ont pour l’instant été confiées à la brigade criminelle avec la 2ème DPJ. Le bilan provisoire fait état de deux morts, et de quatre blessés, dont deux en urgence absolue, selon le parquet de Paris.

Un homme âgé de 60 à 70 ans a été arrêté et placé en garde à vue. « Son identité est en cours de vérification », selon la même source. L’homme interpellé, « de type caucasien », « aurait une soixantaine d’années », selon une source policière, précisant que le bilan des victimes n’est pas définitif.

« L’auteur est arrêté avec son arme, le danger est écarté, ses mobiles sont pour l’instant inconnus », a-t-elle poursuivi.

« C’est la panique totale »

« Sept à huit coups de feu dans la rue, c’est la panique totale, on est resté enfermés à l’intérieur », a témoigné à l’AFP un commerçant d’un immeuble voisin souhaitant rester anonyme.

« On a vu un vieux monsieur blanc entrer et tourner dans le centre culturel kurde, puis il est allé au salon de coiffure d’à côté. On s’est réfugié dans le restaurant avec les employés », a témoigné Romain, le directeur adjoint du restaurant Pouliche. Paris, dans la rue, contacté par téléphone.

Selon un autre témoin, un habitant du quartier qui passait dans la rue et interrogé par l’AFP, « il y avait des gens paniqués qui criaient aux policiers : ‘il est là, il est là, allez’, en désignant un salon coiffure ». « J’ai vu des policiers entrer dans le salon où j’ai vu deux personnes au sol, blessées aux jambes, j’ai vu du sang », a-t-il ajouté décrivant « des personnes sous le choc et en panique »

A l’intersection de la rue d’Enghien et de la rue d’Hauteville, des brancards ont été amenés dans le calme sur les lieux de la fusillade et un périmètre de sécurité a été mis en place par les forces de l’ordre, a constaté un journaliste de l’AFP. .

Avec l’AFP

France 24

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.