Au Nicaragua, les Miskito et d’autres peuples victimes de bandes armées

Le 29 octobre 2015, des hommes vêtus de treillis militaires et armés de fusils d’assaut AK-47 ont fait irruption dans le village amérindien de Polo Paiwas, sur les rives de la rivière Waspuk, dans la région autonome de la côte nord des Caraïbes (RACCN). ). Ils passèrent devant les maisons en tirant des coups de feu vers le ciel.

« Ces terres ne vous appartiennent plus, sortez », dit l’un d’eux, visiblement le chef. En entendant les coups de feu, les habitants ont pris la fuite. Leur seule option était de se réfugier dans la forêt ou de remonter la rivière jusqu’à Klisnak, le village le plus proche.

Plusieurs habitants ont refusé de quitter leur domicile. Certains ont tenté de se défendre avec leurs armes de chasse, comme le jeune Germán Martínez Fenley. Les envahisseurs l’ont abattu. Il fut leur seule victime mise à mort. Pour s’assurer que personne ne reviendrait, ils ont incendié les maisons et les champs et tué les animaux.

Au Nicaragua, l’accaparement des terres indigènes n’est pas nouveau. En 2023, raconte un chef Miskito, sur l’unique territoire de Wangky Twi-Tasba Raya, dans la municipalité de Waspam, qui regroupe 21 communautés, des groupes armés se sont emparés de plus de 25 000 hectares appartenant aux villages de Francia Sirpi, Wisconsin, Esperanza Río. Wawa et Santa Clara.

Les premières attaques ont été signalées en 2009. Depuis, les envahisseurs se sont appropriés environ 1 750 000 hectares de terres dans le RACCN (soit 36 ​​% du territoire total). Cela représente 125 000 hectares en moyenne par an.

Une ancienne colonie britannique

Selon Amaru Ruiz, président de la Fundación del Río, une organisation de défense de l’environnement déclarée illégale par le gouvernement nicaraguayen en 2021, le nombre d’hectares prélevés sur les indigènes pourrait être encore plus élevé, car il est très difficile d’obtenir des mesures précises, notamment car la présence de ces groupes armés rend l’accès à la zone extrêmement dangereux.

Pour les populations amérindiennes, ces terres sont leurs terres ancestrales. Ils comprennent également une partie de la côte caraïbe du Honduras. La région entière était autrefois colonisée par les Britanniques. Avant de faire partie du Nicaragua, c’était un royaume que les indigènes appelaient « Mosquitoia ». En 1894, le Nicaragua et le Honduras se partagèrent ce territoire et les Mosquitia disparurent. Il faudra attendre le milieu des années 1980 pour que les peuples de la côte caraïbe retrouvent une certaine autonomie.

En plus d’être traversée par de nombreux fleuves, la côte caraïbe du Nicaragua abrite d’immenses forêts de bois précieux, des montagnes et des animaux exotiques, dont certains sont en danger d’extinction, ainsi que des milliers de communautés amérindiennes – Miskito, mayangna, ulwa et rama créole – et afro-descendants – garifuna et métisse.

Beaucoup de ces communautés vivent dans des zones protégées, notamment la réserve naturelle de Bosawás, au nord du RACCN (déclarée biosphère naturelle par l’UNESCO en 1997 et souvent appelée le « poumon de l’Amérique centrale »), ainsi que la réserve biologique Indio Maíz, dans la Région Autonome de la Côte Sud Caraïbe (RACCS). Bien que ces zones soient protégées, les envahisseurs