Skip to content
Aumônier à la retraite, 77 ans, interdit de porter une croix chrétienne d’un demi-pouce alors qu’il faisait du bénévolat dans un hospice

« J’étais abasourdi et bouleversé »: un aumônier à la retraite, 77 ans, s’est vu interdire de porter une croix chrétienne d’un demi-pouce alors qu’il faisait du bénévolat dans un hospice

  • Derek Timms « n’a jamais reçu une seule plainte » en cinq ans en tant qu’aumônier
  • On a dit à l’homme de 73 ans que cela pourrait «créer une barrière» entre lui et les patients
  • M. Timms a été informé qu’il n’était pas autorisé à y travailler tant qu’il n’aurait pas retiré la croix

Un aumônier a obtenu des excuses après que les chefs d’organismes de bienfaisance lui aient interdit de porter une croix chrétienne à l’hospice où il faisait du bénévolat.

L’homme d’affaires à la retraite Derek Timms a passé cinq ans à réconforter des patients en phase terminale et leurs familles à l’hospice Solihull Marie Curie à Birmingham, portant une minuscule épingle d’un demi-pouce sur son pull comme symbole de sa foi.

Le pieux homme de 73 ans dit qu’il n’a jamais reçu une seule plainte, mais en septembre, un nouveau ministre méthodiste en charge de l’aumônerie lui a dit qu’il n’était pas autorisé à le porter car cela pourrait « créer une barrière » entre lui et les patients.

L’aumônier Derek Timms a été informé qu’il n’était pas autorisé à porter une croix car cela pourrait «créer une barrière» avec les patients en phase terminale qu’il a réconfortés à l’hospice Solihull Marie Curie à Birmingham

Dee Yeadon a déclaré à M. Timms: «Aucun symbole religieux ne devrait être porté par ceux qui s’occupent de soins spirituels. Nous devons être là pour les personnes de toutes confessions et d’aucune.

M. Timms a juré de garder la croix car cela montrait qu’il était un « aumônier chrétien » et s’est demandé si la même règle s’appliquait aux sikhs avec des turbans et aux musulmans portant une burqa ou une robe de prière.

Après avoir refusé de retirer la croix, on a dit à M. Timms qu’il aurait besoin d’une « reformation » et qu’il ne serait pas autorisé à travailler comme aumônier s’il continuait à la porter.

Mais avec le soutien du Christian Legal Centre, M. Timms a finalement reçu des « excuses sans réserve » de Marie Curie.

L’organisme de bienfaisance a également admis qu’il n’avait aucune politique d’interdiction des symboles religieux et que la demande avait été faite par erreur.

Hier soir, M. Timms a déclaré: «J’étais complètement abasourdi et bouleversé. Je sentais qu’elle n’avait pas le droit de m’empêcher de porter la croix.

« A Marie Curie, j’ai prié avec des musulmans, des hindous et des sikhs. J’ai prié pour les chrétiens et les non-chrétiens, les religieux et les non-religieux. J’ai prié pour tout le monde et personne n’a jamais été offensé jusqu’à présent.

« Je comprendrais peut-être s’il s’agissait d’une énorme croix, mais c’est la taille d’un ongle du pouce. C’est juste des dingues.

Aumônier à la retraite, 77 ans, interdit de porter une croix chrétienne d’un demi-pouce alors qu’il faisait du bénévolat dans un hospice

M. Timms, qui a reçu des excuses, a déclaré qu’il pourrait « peut-être comprendre s’il s’agissait d’une énorme croix, mais c’est la taille d’une vignette » et a qualifié l’interdiction de « bonkers ».

Le grand-père veuf de huit enfants a ajouté: « Ils ne se seraient certainement pas comportés de cette façon s’il s’agissait d’une autre religion. »

M. Timms a depuis cessé de travailler à Marie Curie et travaille maintenant comme aumônier communautaire dans son église locale.

Hier soir, Marie Curie a réitéré ses excuses à M. Timms, bien que le révérend Yeadon n’ait pas répondu à une demande de commentaire.

Andrea Williams, directrice générale du Christian Legal Center, a déclaré: «Derek n’a jamais eu une seule plainte jusqu’à présent pour avoir porté sa petite croix.

« Il a fait preuve d’un grand courage en refusant de céder à la pression importante pour supprimer ce qui comptait tant pour lui. »

Publicité

dailymail Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.