Automobile. ABS, assistance au freinage d’urgence, ils ne remplacent pas le freinage

Les voitures modernes sont de véritables cocons, bien plus résistants aux chocs que leurs ancêtres. Mais n’oublions pas qu’ils sont aussi bien plus efficaces pour éviter les accidents.

Grâce notamment à un freinage perfectionné au fil des années. On connaît l’ABS, qui évite le blocage des roues lors du freinage, permettant ainsi la possibilité de contrôler la trajectoire. Aujourd’hui, nous avons l’AFU. Mais qu’est-ce que c’est ?

Assistance au freinage d’urgence

Avec ses caméras ou ses capteurs laser, votre voiture récente détecte un danger, vous alerte et peut si besoin déclencher un freinage d’urgence autonome.

Cette nouvelle génération de freinage d’urgence actif fonctionne de jour comme de nuit, et peut reconnaître les autres véhicules, les vélos, mais aussi les piétons s’approchant de face, de côté ou en diagonale. En cas de danger, une alarme prévient le conducteur.

S’il ne freine pas assez fort, l’assistance au freinage contribuera à ralentir le véhicule. Si la probabilité d’une collision augmente, le système applique automatiquement la force de freinage nécessaire pour éviter l’impact, le réduire ou atténuer les dommages.

Rien ne remplace votre freinage

Évidemment, le plus simple est de ne pas se laisser distraire. Engagez-vous dans une phase de décélération et de freinage progressifs, plus confortable et plus sûre, notamment pour les autres utilisateurs, et restez enfin maître de votre véhicule.

Des concepts ressassés depuis très longtemps, dès l’auto-école, mais qui restent évidemment du bon sens, comme l’explique Karine Bonnet, directrice générale de DEKRA Automotive :

« Les assistants de freinage d’urgence installés aujourd’hui ne rendent en aucun cas inutile un freinage complet du conducteur, notamment en ville, dans les embouteillages, où le risque de distraction est élevé. Ils ne doivent pas et ne peuvent pas remplacer la vigilance du conducteur. Il s’agit d’une aide en cas de panne, non pas d’un système de confort, conçu pour tenter d’éviter un choc, mais certainement pas pour obtenir un freinage progressif et complet ».

Adaptez vos réflexes

« Si un accident est imminent, vous devez immédiatement freiner brusquement et maintenir une pression maximale sur la pédale jusqu’à l’arrêt complet de votre véhicule », souligne Reinhard Buchsdrücker, moniteur d’auto-école de l’organisation d’expertise DEKRA en Allemagne. .

« Lors de la phase de freinage, rappelez-vous que vous avez toujours la possibilité de modifier la trajectoire en tournant le volant grâce au système antiblocage. » Répétons que la vibration de la pédale de frein est normale et doit être ignorée.

Quitter la version mobile