Aux États-Unis, le cannabis pourrait bientôt être considéré comme une drogue moins dangereuse

Le gouvernement Biden a officiellement lancé ce jeudi 16 mai une procédure visant à reclasser le cannabis comme substance moins dangereuse, un tournant attendu dans la décriminalisation de la marijuana aux États-Unis et le développement d’une industrie de cannabis.

Le ministère américain de la Justice a proposé de retirer le cannabis de la catégorie 1 des substances considérées au niveau fédéral comme étant hautement addictives et sans usage légal à des fins médicales. Cette catégorie est la plus élevée de la nomenclature et comprend l’héroïne, le LSD et l’ecstasy.

Pas de légalisation

Le gouvernement propose désormais de classer le cannabis dans la catégorie 3, qui concerne les substances présentant un risque de dépendance modéré à faible. Parmi eux figurent certains médicaments contenant de la codéine. La proposition sera soumise à la décision de la Drug Enforcement Agency (DEA) américaine.

La démarche officielle du gouvernement Biden dans ce dossier n’est pas une surprise, puisque de premières informations à ce sujet ont fuité fin avril.

L’usage récréatif et médical du cannabis est légal dans 24 États américains. À cela s’ajoutent plusieurs États dans lesquels sa consommation n’est autorisée qu’à des fins médicales.

Mais étant toujours classé parmi les substances les plus addictives, ce dérivé du chanvre reste susceptible de donner lieu à des poursuites fédérales pour son possesseur ou son vendeur. Les chiffres montrent que les minorités, notamment les Afro-Américains, sont représentées de manière disproportionnée dans ces arrestations.

Une reclassification ne signifie pas une légalisation, mais elle réduirait probablement le nombre de contrôles au niveau fédéral. « Personne ne devrait être en prison simplement pour avoir consommé ou possédé de la marijuana, point final », a déclaré le président Joe Biden dans une vidéo publiée jeudi.

Le changement de catégorie permettrait également aux entreprises cultivant et commercialisant du cannabis de pouvoir déduire de leur assiette fiscale leurs dépenses de fonctionnement, ce qui est aujourd’hui interdit. Cela améliorerait considérablement leur modèle économique.

A Wall Street, les actions des grands acteurs du secteur avaient le vent en poupe jeudi. Curaleaf a ainsi augmenté de 1,07% et Verano Holdings de 0,69%.

Article original publié sur BFMTV.com

Quitter la version mobile