Aux États-Unis, le Congrès lance un ultimatum à TikTok, lui demandant de rompre ses liens avec ByteDance

Le Congrès américain a adopté mardi 24 avril une loi demandant au géant TikTok de couper ses liens avec sa maison mère, ByteDance, et plus largement avec la Chine, s’il ne veut pas risquer d’être interdit aux Etats-Unis. Le président Joe Biden a immédiatement annoncé qu’il allait promulguer le texte, adopté quelques jours plus tôt à la Chambre des représentants, l’autre composante du Congrès américain.

L’ultimatum des législateurs américains au très populaire réseau social s’inscrit dans un texte prévoyant une enveloppe gigantesque qui comprend des aides à l’Ukraine, à Israël et à Taïwan. Candidat à sa réélection en novembre, le chef de l’Etat démocrate avait réitéré son  » inquiétude «  à propos de TikTok lors d’un échange avec son homologue chinois Xi Jinping début avril.

Interdire TikTok « violerait la liberté d’expression » de 170 millions d’Américains, le réseau social populaire a protesté immédiatement après le vote à la Chambre des représentants samedi. S’il entre en vigueur, le texte obligera ByteDance, la société mère chinoise de TikTok, à vendre l’application d’ici douze mois, faute de quoi elle serait exclue des magasins Apple et Google sur le territoire américain.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Interdire ou pas TikTok, un dilemme pour les Etats-Unis

Un texte similaire avait déjà été adopté mi-mars par les élus, ne prévoyant qu’un délai de six mois pour trouver un acheteur autre que chinois, mais le projet de loi restait alors dans le vide parlementaire. L’ancien secrétaire au Trésor américain de Donald Trump, l’ancien banquier Steven Mnuchin, s’est même dit intéressé par le rachat de TikTok aux Etats-Unis en réunissant un groupe d’investisseurs.

Lire la chronique | Article réservé à nos abonnés TikTok : les Etats-Unis entre « péril jaune » et « jeune péril »

TikTok est dans le collimateur des autorités américaines depuis des années, de nombreux responsables estimant que la plateforme de vidéos courtes et divertissantes permet à Pékin d’espionner ses utilisateurs aux Etats-Unis. Cependant, son éventuelle interdiction risque d’être contestée devant les tribunaux.

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu