Avec confiance, l’Allemagne élimine le Danemark et se qualifie pour les quarts de finale

Les joueurs allemands célèbrent leur victoire contre le Danemark lors de l'Euro au Signal Iduna Park de Dortmund le 29 juin 2024.

Il y a dix-huit ans, le 4 juillet 2006, le parc Signal Iduna de Dortmund était le théâtre d’un chagrin pour des milliers de supporters allemands, une douleur partagée par des millions de citoyens à travers le pays. Le Sommermärchen, le conte de fée vécu lors de la Coupe du Monde 2006, raconté plus tard dans un documentaire, s’est terminé en demi-finale contre l’Italie (0-2 a.p.). L’équipe allemande a évité un scénario similaire samedi 29 juin, en battant le Danemark (2-0) en huitièmes de finale de l’Euro, dans ce même Signal Iduna Park.

Les plus de 50 000 supporters allemands présents dans les tribunes ont pu, au coup de sifflet final, chanter à tue-tête. Major Tomune chanson de 1983 de l’artiste Peter Schilling, qui accompagne les victoires des joueurs de la Mannschaft dans cette compétition. Qualifiés pour les quarts de finale, ces derniers se mettent à rêver d’une nouvelle épopée à raconter dans un film. Le genre qui est diffusé au cinéma, pas seulement à la télévision, car il est suffisamment beau pour emmener avec lui tout le peuple allemand.

On n’en est pas encore là, mais si la sélection de Julian Nagelsmann devait remporter cet Euro, cette soirée au Signal Iduna Park restera dans les mémoires comme celle où elle a su se montrer patiente. De quoi laisser les éléments se déchaîner, le gardien adverse a réalisé plusieurs exploits avant de céder et l’arbitrage vidéo (VAR) a donné raison aux Allemands.

Lire aussi | Allemagne-Danemark : le résumé de la qualification du pays hôte pour les quarts de finale

Après avoir assuré la première place de son groupe grâce à un but de dernière minute contre la Suisse (1-1), l’Allemagne s’est d’abord rassurée face à une équipe du Danemark difficile à manœuvrer. « Nos vingt premières minutes ont été les meilleures que nous ayons jouées depuis le début du tournoi »s’est réjoui Julian Nagelsmann, le sélectionneur allemand.

« Un match fou »

Avant ce huitième de finale, le jeune technicien de 36 ans se réjouissait que son équipe ait « gérer des situations difficiles » pendant la phase de groupes et était maintenant « bien préparé pour la phase à élimination directe »Sa Mannschaft était prête à tout, pensait-il, mais il ne pouvait imaginer une intrigue aussi décousue que celle qui avait longtemps accompagné cette rencontre. « C’était un match fou »il a concédé.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Euro 2024 : Julian Nagelsmann, le jeune maestro qui fait encore rêver l’Allemagne

Il y a d’abord eu plusieurs parades du gardien danois, Kasper Schmeichel, dont les actions décisives ont rappelé de mauvais souvenirs à son père Peter. Ce dernier avait écœuré les attaquants de la Mannschaft lors de la finale de l’Euro 1992, remportée par le Danemark. Le déluge qui s’est abattu sur Dortmund à la demi-heure de jeu, couplé à un orage, a ensuite provoqué l’interruption du match pendant vingt-quatre minutes.

Il vous reste 52.04% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.