Skip to content
Avis |  La seule chose cruciale qui manque au Congrès avec sa réforme postale

La loi de 2022 sur la réforme du service postal n’est pas une réforme réformatrice.

Surtout, la législation réduira les déficits de l’agence, qui se chiffrent en milliards depuis de nombreuses années. Le projet de loi atteint cet objectif en soulageant l’USPS de 100 milliards de dollars de coûts d’indemnisation. Les postiers, pour être clair, ne se coupent pas les cheveux. Au lieu de cela, les coûts des soins de santé de l’USPS seront réduits en les orientant vers un nouveau plan de santé moins coûteux et en inscrivant davantage de postiers à Medicare à la retraite. Le projet de loi abolit également le mandat selon lequel la poste préfinance les frais de santé de ses retraités, ce qui ajoute de l’encre rouge aux bilans de l’USPS, mais a créé un pécule de 40 milliards de dollars pour les retraités.

Le reste de la législation traite de diverses questions administratives, telles que la modification de la manière dont la Commission de réglementation postale soumet son budget et l’exigence d’une étude sur le traitement par la Poste des enveloppes surdimensionnées.

En fin de compte, le projet de loi ne répond pas à deux questions fondamentales : de quoi l’Amérique a-t-elle besoin d’un bureau de poste au 21e siècle, et comment devrions-nous payer pour cela ?

L’ancien président Richard Nixon a signé la loi pour créer l’USPS d’aujourd’hui en 1970. Ce fut un énorme changement évolutif pour relever les défis de la journée. Le volume du courrier augmentait, mais les coûts postaux étaient hors de contrôle et ses performances étaient souvent terribles. Le Congrès a donc transformé le département des postes terne en une agence indépendante de la branche exécutive, une société gouvernementale autofinancée qui serait libre de diriger ses opérations sans l’ingérence des politiciens. Sa fonction de base était de « fournir des services postaux pour lier la Nation par la correspondance personnelle, éducative, littéraire et commerciale du peuple ».

Pour la plupart, l’agence l’a fait avec compétence. Il a survécu à la concurrence du télécopieur et des appels nationaux à bas prix, qui offraient aux individus des moyens plus immédiats de communiquer entre eux. L’augmentation des revenus du volume de courrier en plein essor signifiait que le service postal pouvait couvrir les coûts de livraison à de plus en plus de foyers, les dépenses élevées de sa main-d’œuvre syndiquée et toutes sortes de subventions, comme la réduction des frais de port pour les organisations à but non lucratif.

Mais Internet a tout changé. Le volume de courrier a culminé en 2006 et a ensuite chuté de 40 %. Aujourd’hui, la plupart des courriers sont des publicités, c’est-à-dire des courriers indésirables. Il s’agit très peu de correspondance de personne à personne.

Pendant ce temps, le e-commerce a inondé la Poste de colis. Les revenus qu’ils apportent ont été une bénédiction, mais ils s’accompagnent de coûts énormes. Le réseau de livraison de l’USPS était principalement conçu pour transporter du papier, des boîtes de collecte du courrier aux machines de tri, en passant par les camions et les sacs de livraison des facteurs. L’agence dépense des milliards pour se rééquiper pour gérer les colis, mais s’inquiète également du fait que le volume des colis pourrait diminuer ou chuter si Amazon ou d’autres grands expéditeurs choisissent un autre livreur.

C’est une situation difficile, qui exige que le Congrès se réunisse et pense grand à l’avenir de l’USPS. De combien de jours de livraison de courrier papier avons-nous besoin ? Quels colis l’USPS doit-il livrer et lesquels doivent être traités par le secteur privé ? L’USPS devrait-il avoir un rôle de premier intervenant pour fournir des médicaments lors d’une pandémie ou d’une attaque à risque biologique ? La politique de l’emploi de l’agence doit-elle continuer à viser à fournir des emplois de classe moyenne ? Et les acheteurs d’affranchissement, plutôt que les contribuables, devraient-ils continuer à payer la facture de La Poste ?

Le Congrès n’a débattu d’aucune de ces questions. Au lieu de cela, il a trié. Le Congrès a donné à l’agence 10 milliards de dollars pendant la pandémie et adopte maintenant un projet de loi de réforme non réformateur qui atténue la crise financière de l’agence en transférant les coûts sur le public.

Pour être clair, il est extrêmement difficile de faire adopter une facture postale – au-delà des lois sur la dénomination des bureaux de poste. La politique postale est intrinsèquement controversée, les syndicats, les expéditeurs et d’autres groupes d’intérêt se battant pour des priorités contradictoires. Le service postal est devenu encore plus un paratonnerre lors des élections de 2020 et pendant le mandat du ministre des Postes Louis DeJoy, qui a été décrié comme un serviteur de Trump qui volerait les élections et privatiserait les courriers. Que les démocrates, les républicains et DeJoy aient pu trouver un terrain d’entente est remarquable.

Ce n’est que le troisième projet de loi de réforme adopté en un demi-siècle. Le Congrès et le président peuvent et vont chanter pour avoir promulgué un projet de loi postal bipartite.

Mais ne vous y trompez pas, ils l’ont fait en esquivant les questions difficiles de ce que devrait être le service postal au 21e siècle. Un jour, le pays devra avoir la discussion, et j’espère que le Congrès la lancera bien avant que la prochaine crise du service postal ne se produise.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.