Skip to content
Bears DB Jaquan Brisker dans le protocole de commotion cérébrale


Bien qu’il ait dû quitter la défaite 27-24 de dimanche contre les Falcons d’Atlanta à deux reprises pour se faire évaluer pour une blessure à la tête, la sécurité des Chicago Bears Jaquan Brisker a terminé le match et a joué 53 des 55 snaps défensifs de l’équipe.

Maintenant, le statut du demi défensif recrue pour le match de la semaine 12 de Chicago avec les Jets de New York est incertain après avoir raté l’entraînement mercredi alors qu’il était dans le protocole de commotion cérébrale.

Brisker n’a été officiellement diagnostiqué d’une commotion cérébrale que le lendemain, selon Dan Wiederer du Chicago Tribune.

La sécurité de 23 ans a été ébranlée lors du premier entraînement d’Atlanta après avoir taclé le quart-arrière Marcus Mariota, et de nouveau au troisième quart après avoir fait un arrêt sur le porteur de ballon Cordarelle Patterson. Brisker a semblé se frapper la tête les deux fois mais a renvoyé le jeu suivant après avoir été évalué.

La NFL et la NFL Players Association ont modifié le protocole de la ligue sur les commotions cérébrales début octobre pour permettre aux officiels de l’équipe d’empêcher les joueurs de revenir au jeu après avoir montré une « anomalie d’équilibre/stabilité, de coordination motrice ou d’élocution dysfonctionnelle ».

Les changements ont été rendus nécessaires après le retour du quart-arrière des Dolphins de Miami, Tua Tagovailoa, après avoir subi un coup dur contre les Bills de Buffalo lors de la semaine 3 qui l’a laissé sensiblement instable.

Bien qu’il ait quitté le match deux fois, Brisker a peut-être connu son meilleur match de l’année contre les Falcons. Il a accordé une réception pour deux verges sur 23 clichés de couverture avec 11 plaqués au total et un échappé forcé.



Sports Grp1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.