Bellingham et Kane en sauveurs, des Slovaques malheureux… Les tops et les flops

L’Angleterre s’est qualifiée pour les quarts de finale de l’Euro 2024 après une victoire obtenue après prolongation contre la Slovaquie (2-1).

HAUTS

La résilience anglaise

Quel scénario incroyable nous ont offert les Trois Lions ce dimanche, en huitièmes de finale face à la Slovaquie ! Un match qui s’est décidé dans les derniers instants du temps réglementaire et dans les premières minutes des prolongations. Une délivrance inattendue que l’Angleterre doit à ses deux stars, Harry Kane et Jude Bellingham.

Bellingham-Kane, le duo sauveur

Deux joueurs, deux étoiles, deux buts et une qualification. Jude Bellingham et Harry Kane, trop rarement brillants depuis le début de l’Euro, ont cette fois offert la qualification à leur équipe. Bellingham d’abord, avec un retour acrobatique fou à la 95e minute qui restera dans l’histoire. Puis Harry Kane, sur une tête clinique en tout début de prolongation. Deux gestes qui passeront probablement inaperçus dans leur performance moyenne de la soirée, mais qui doivent redonner un nouveau souffle au collectif britannique.

Ivan Schranz, marqueur en série

Il est désormais en tête du classement des buteurs de l’Euro 2024, avec trois buts. Ivan Schranz est sans aucun doute l’homme de la compétition pour la Slovaquie. Déjà buteur contre la Belgique et l’Ukraine, l’ailier du Slavia Prague a porté une nouvelle fois sa sélection face à l’Angleterre. C’est à la 25e minute, bien envoyé en profondeur par Strelec, qu’il a parfaitement géré son face-à-face face à Pickford pour donner le droit de rêver à son équipe. Une performance du patron qui n’a malheureusement pas suffi à qualifier son équipe.

Les flops

90 minutes en enfer

Avant ce happy end, les Anglais ont réalisé un match extrêmement moyen, à l’image de leur début de compétition. Peu d’engagement, beaucoup d’imprécisions techniques et des joueurs offensifs qui ont toujours autant de mal à se retrouver et à se créer des occasions. Une production terne que les Britanniques ne pourront pas rééditer en quarts de finale, il est rare que les miracles se reproduisent.

La Slovaquie si proche, si loin

Le football peut être cruel. Les Slovaques l’ont appris à leurs dépens ce dimanche. Vainqueurs jusqu’à la 95e minute, grâce à un but d’Ivan Schranz à la 25e minute, ils ont ensuite gardé leur cage inviolée. Parfois avec de la chance, mais toujours en gardant l’organisation et l’intensité qui ont fait leur force tout au long de la compétition. La conclusion est donc dure mais l’Euro s’arrête là pour les coéquipiers de Milan Skriniar.