Skip to content
Bennett fait face au plus grand défi des entraîneurs pour faire décoller les Dolphins


Wayne Bennett n’a jamais terminé parmi les quatre derniers en tant qu’entraîneur, mais s’il peut éviter ce sort la saison prochaine chez les Dolphins, ce sera l’un des exploits les plus remarquables de sa carrière de 34 ans.

Avec quatre mois restants avant que l’équipe de base ne commence l’entraînement de pré-saison, la formation de Redcliffe manque toujours cruellement de talents de première qualité dans les positions clés de la colonne vertébrale.

Comparativement à l’équipe la plus récente à venir dans la LNR – Gold Coast en 2007, les Dolphins sont loin derrière lorsqu’il s’agit de recruter des joueurs d’élite.

Les équipes du mentor sept fois vainqueur de la première place n’ont raté la finale que cinq fois depuis qu’il a commencé comme co-entraîneur de Canberra en 1987 – les 12e places à Newcastle en 2012 et 2014, de part et d’autre d’un voyage à la finale préliminaire plus trois des quatre premières années de l’entrée de Brisbane dans la cour des grands.

Au cours de ses 25 années chez les Broncos sur deux séjours, ils n’ont raté la finale que trois fois avec une huitième place la moins bien classée tandis que St George Illawarra était des premiers ministres mineurs, puis des premiers ministres avant de se classer cinquième au cours de ses trois années à Wollongong.

Les Dolphins ont 21 joueurs dans leurs livres pour 2023 et seulement 15 d’entre eux ont de l’expérience dans la LNR. La deuxième rameuse des Maroons, Felise Kaufusi, est leur seule représentante actuelle de State of Origin, tandis que les attaquants Kiwi Jesse et Kenny Bromwich étaient les seules recrues des Dolphins à avoir participé aux Rep Round Tests le week-end dernier.

(Photo de Bradley Kanaris/Getty Images)

Parmi les autres, l’utilitaire des Warriors Euan Aitken, le talonneur des Bulldogs Jeremy Marshall-King, l’attaquant des Cowboys Tom Gilbert, le duo des Titans Jarrod Wallace et Jamayne Isaako, le pilier des Rabbitohs Mark Nicholls et Ray Stone de Parramatta, jusqu’à ce qu’il se déchire le LCA, sont les seuls autres dauphins qui ont été des élèves de première année réguliers cette saison.

Anthony Milford est dans le viseur des Dolphins et ils ont été liés à l’ancien pilier des Warriors Matt Lodge, mais il y a très peu d’autres joueurs de la LNR hors contrat à la fin de cette saison qui pourraient faire beaucoup bouger l’aiguille en ce qui concerne les perspectives de la nouvelle équipe pour 2023.

Il a été timide lorsqu’on lui a posé des questions sur le sujet de son prochain contrat mardi, ce qui suggère qu’il ne re-signera pas avec les Knights.

Après avoir raté les signatures d’une multitude de cibles telles que Kalyn Ponga, Brandon Smith, Ryan Matterson, Jahrome Hughes, Suliasi Vunivalu et Harry Grant, le meilleur espoir des Dolphins d’obtenir une recrue de renom repose désormais sur l’un des 16 autres. les équipes rencontrant des problèmes de plafond salarial et devant se décharger d’un contrat à l’avance.

Le directeur général de Canterbury, Phil Gould, la semaine dernière sur 100% Footy, a critiqué la LNR pour ne pas avoir suffisamment aidé les Dolphins alors qu’ils se préparaient pour leur entrée, fustigeant le siège social pour avoir essentiellement remis la licence à Redcliffe et disant de faire de votre mieux.

Bennett fait face au plus grand défi des entraîneurs pour faire décoller les Dolphins

Suliasi Vunivalu pose pour une photo avant une séance d’entraînement des Wallabies australiens le 21 juin 2022 à Sunshine Coast, en Australie. (Photo de Bradley Kanaris/Getty Images)

L’AFL a donné à des équipes de démarrage comme GWS et Gold Coast un énorme coup de main avec des choix de repêchage, des subventions de plusieurs millions de dollars de financement supplémentaire et une longue période de préparation de leur premier match.

La LNR n’ayant pas de repêchage de joueur, cela aurait pu donner la dispense du plafond salarial des Dolphins – peut-être que le nouveau club devrait être autorisé à opérer sous un chiffre en dollars plus élevé pour ses premières saisons ou une règle de joueur de renom où le salaire d’une recrue vedette serait ‘ t compter.

Dans l’état actuel des choses, il s’agit de la composition la plus solide des Dolphins en fonction de leur alignement.

Les dauphins de 2023 (d’autres à venir, heureusement)

  1. Jamayne Isaako (Titans)
  2. Edrick Lee (Chevaliers)
  3. Brenko Lee (Broncos)
  4. Euan Aitken (Guerriers)
  5. Robert Jennings (Panthères)
  6. Michel Roberts
  7. Isaiya Katoa (Panthères)
  8. Jesse Bromwich (Orage)
  9. Jeremy Marshall-King (Bulldogs)
  10. Mark Nicholls (Lapins)
  11. Felise Kaufusi (Tempête)
  12. Kenny Bromwich (Orage)
  13. Tom Gilbert (Cowboys)
  14. Ray Stone (Anguilles)
  15. Jarrod Wallace (Titans)
  16. Connelly Lemuelu (Cowboys)
  17. JJ Collins (ex-Knights, Tigers, Raiders 2016-19)

Le jeune centre Valynce Te Whare et le pilier Ryan Jackson feront également partie de l’équipe senior mais n’ont aucune expérience dans la LNR.

Roberts, le centre Jack Bostock et le talonneur Harrison Graham ont des contrats de développement l’année prochaine.

Cela laisse 12 créneaux horaires ouverts et beaucoup d’incertitude et de pression au cours des prochains mois.

Lorsque vous comparez leur suivi avec les Titans dans la préparation de leur saison de fondation de 2007, ils sont loin de la qualité de la Gold Coast et cette équipe a terminé 12e avec un dossier de 10-14.

Bennett fait face au plus grand défi des entraîneurs pour faire décoller les Dolphins

Scott Prince. (Image : AAP)

Pour être juste, les Titans ont eu une introduction beaucoup plus longue à leur première campagne, obtenant le feu vert en mai 2005 et ils ont rapidement commencé à verrouiller des joueurs après avoir signé John Cartwright pour être leur entraîneur.

Preston Campbell a été le premier joueur qu’ils ont signé le 21 juin 2005, avec le vainqueur de la médaille Dally M rapidement suivi par l’international des Dragons Luke Bailey et le duo gagnant du premier ministre des Wests Tigers Anthony Laffranchi et Scott Prince 12 mois avant le premier match des Titans. .

L’inscription précoce de ce personnel vedette a donné à la Gold Coast, une région qui avait eu du mal à attirer les meilleurs joueurs du jeu lors de ses précédentes itérations, un sentiment de légitimité alors que la nouvelle franchise ajoutait des membres supplémentaires à l’équipe.

Première équipe des Titans au premier tour, 2007

  1. Preston Campbell
  2. Lelea Paea
  3. Mat Rogers
  4. Jacques Webster
  5. Chris Walker
  6. Matt Hilder
  7. Scott-Prince
  8. Luc Bailey
  9. Clint Amo
  10. Kris Kahler
  11. Antoine Lafranchi
  12. Gavin Cooper
  13. Luc Swain
  14. Michel Henderson
  15. James Stosic
  16. Marc Minichiello
  17. Nathan ami

Autres membres de l’équipe : Daniel Conn, Brett Delaney, Ian Donnelly, Josh Graham, Josh Lewis, Richard Mathers, Brad Meyers, David Myles, Luke O’Dwyer, Matt Petersen, Smith Samau, Michael Hodgson.

Chacun des 29 joueurs qui ont pris le terrain pour les Titans lors de leur première année avait déjà fait ses débuts en première année et la plupart de l’équipe était dans la mi-vingtaine, ce qui a conduit le nouveau club à se qualifier pour la finale de leur troisième année, allant une victoire avant la Grande Finale en 2010 avant de toucher le fond la saison suivante alors que la liste de base commençait à baisser.

Le facteur Bennett ne peut jamais être annulé. Il a réussi à défier les pronostics à d’innombrables reprises dans le passé, mais généralement dans l’arène représentative plus qu’au niveau des clubs.

Bennett fait face au plus grand défi des entraîneurs pour faire décoller les Dolphins

Jamie Soward, Wayne Bennett et Dean Young célèbrent après la victoire de la Grande Finale 2010 par St George Illawarra. (Photo de Mark Nolan/Getty Images)

Pour la plupart, Bennett a supervisé des listes de clubs remplies de talents de haut niveau, en particulier pendant ses mandats dans les Broncos – cette équipe des Dolphins s’annonce comme la plus faible qu’il ait guidée.

Depuis le dernier de ses sept postes de premier ministre en 2010 chez les Dragons, il est allé à quelques secondes de soulever à nouveau le trophée chez les Broncos cinq ans plus tard et une rare conversion d’Adam Reynolds a raté l’année dernière avec South Sydney.

Seul Craig Bellamy (cinq) a participé à plus de grandes finales que Bennett au cours des 12 dernières années avec Trent Robinson, Des Hasler et Ivan Cleary apparaissant également trois fois.

Bien qu’il ait maintenant 70 ans, Bennett a toujours clairement conservé sa passion pour l’entraînement et en tant que personne réputée pour sa longue mémoire, il sera fortement motivé pour former une équipe rivale des Broncos dans le sud-est du Queensland compte tenu de sa sortie amère du club fin 2018.

Le PDG de Bennett et des Dolphins, Terry Reader, a déclaré à plusieurs reprises qu’il voulait jouer le jeu long et construire un club qui connaîtra un succès durable.

Cela pourrait bien s’avérer être le cas, mais les franchises d’expansion dans n’importe quel sport professionnel peuvent facilement être stigmatisées si elles ne sont pas compétitives dès le départ.

Personne ne s’attendait à ce que les Dolphins concourent pour le poste de premier ministre lors de leur première saison et seuls les vrais optimistes penseraient qu’ils seraient un jour parmi les huit premiers.

Mais ils doivent être compétitifs.

À moins qu’ils ne puissent améliorer considérablement leur alignement au cours des prochains mois, le défi de soulever les Dolphins du bas de l’échelle s’annonce comme l’une des tâches les plus difficiles de la carrière de Bennett.



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.