Skip to content
Boris Johnson lâché par ses ministres des Finances et de la Santé

Le ministre britannique des Finances Rishi Sunak a démissionné de son poste mardi, une annonce qui a coïncidé avec le départ de son homologue de la Santé, Sajid Javid.

Coup de foudre outre-Manche. Deux ministres ont officiellement démissionné mardi 5 juillet du gouvernement de Boris Johnson à quelques minutes d’intervalle.

Ce fut d’abord le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, qui a fait cette annonce sur Twitter expliquant qu’il n’a plus confiance dans le Premier ministre du pays. Dans sa lettre de démission, il dit qu’il « est clair pour (lui) que la situation ne va pas changer sous votre direction – et donc vous avez perdu ma confiance ».


Puis ce fut au tour du ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, annoncer qu’il démissionne de son poste après une série de scandales qui ont secoué le gouvernement de Boris Johnson ces derniers mois.


« Le public s’attend légitimement à ce que le gouvernement soit conduit avec compétence et sérieux », a déclaré le ministre des Finances sur Twitter. Dans cette lettre au Premier ministre britannique, Rishi Sunak fait état « d’approches fondamentalement trop différentes » avec ce dernier dans la préparation d’un discours conjoint sur l’économie prévu la semaine prochaine.

Le scandale de trop avec la démission de Chris Pincher ?

Ces démissions interviennent dans la foulée d’un nouveau scandale impliquant le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson : la démission du « whip » en chef adjoint, Chris Pincher, chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs, accusé d’attouchements sexuels par plusieurs hommes.

Chris Pincher, un ami proche de Boris Johnson, avait reconnu la semaine dernière avoir « trop ​​bu » et s’être « couvert de honte, (lui) et d’autres personnes » dans un club privé. Il a dû démissionner de son poste mais est resté député.

La réponse évolutive de Downing Street à cette nouvelle crise avait fait l’objet de nombreuses critiques. Downing Street a annoncé pour la première fois que Boris Johnson n’était pas au courant d’allégations plus anciennes contre Chris Pincher lorsqu’il l’a nommé à ce poste en février dernier.

>> A lire aussi : Royaume-Uni : malgré l’échec du vote de défiance, le « début de la fin » pour Boris Johnson ?

Mais d’autres révélations ont montré qu’il le savait dès 2019, lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, et mardi, Boris Johnson a finalement déclaré que la nomination de Chris Pincher « était une erreur » et a présenté des excuses.

Ce nouveau scandale a apparemment été un scandale de trop pour les deux ministres, alors que le mois dernier Boris Johnson a échappé de peu à un vote de défiance des députés conservateurs, dont plus de 40 % ont voté contre lui.

Avec Reuters et AFP



France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.