Bruxelles lance une nouvelle enquête sur la Chine visant des équipements médicaux

La Commission dénonce les barrières protectionnistes discriminatoires pour les entreprises européennes de l’Empire du Milieu. Pour la première fois, elle utilise un instrument qui pénaliserait Pékin dans les appels d’offres européens.

Les relations commerciales restent tendues entre l’Union européenne et la Chine. La Commission vient de lancer, ce mercredi, une enquête sur les marchés publics chinois de dispositifs médicaux, soupçonnant des pratiques « discriminatoire » contre ses produits. Pékin est soupçonné de favoriser les fournisseurs locaux sur ce marché, notamment à travers la politique « acheter en Chine « , selon l’avis d’ouverture de l’enquête publié au Journal officiel (JO) de l’UE. C’est la première fois que Bruxelles active ce système de défense ciblé sur les marchés publics (l’instrument IPI), mis en place il y a deux ans, qui vise à obtenir la réciprocité d’accès aux marchés.

Si les mesures discriminatoires ne s’arrêtent pas, la procédure permettra de pénaliser les entreprises chinoises dans les appels d’offres européens. Pékin a immédiatement accusé l’Europe de « protectionnisme « . Ces dernières années, l’Union européenne s’est dotée d’un arsenal sans précédent pour lutter contre les pratiques commerciales…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 75% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus ?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter