Skip to content
Budget STM 2023 |  Une baisse de service appréhendée dans le métro et les bus

Il serait «contre-productif» pour la Société de transport de Montréal (STM) de devoir réduire la fréquence des métros et des autobus, s’inquiètent élus et organismes jeudi, alors qu’une telle réduction est envisagée afin d’équilibrer le budget de l’opérateur, dont les finances ont été mises à mal pendant la pandémie.


« Moins il y a de service, moins il devient intéressant de troquer la voiture contre le transport en commun. C’est contre-productif. Le temps presse pour la STM, le gouvernement doit agir vite », a insisté le porte-parole en matière de solidarité en transport et député élu de Taschereau, Étienne Grandmont.

Ce dernier réagissait à un reportage de Radio-Canada publié jeudi, citant un document interne selon lequel une baisse de service de 3,7 % pour les autobus et de 4,8 % pour le métro est prévue pour compenser les pertes financières. La presse a pu confirmer que cette hypothèse est à l’étude, notamment pour compenser les baisses de trafic. À peine 75 % des usagers ont repris le transport en commun dans le Grand Montréal.

Cette mesure, qui serait une possibilité parmi plusieurs autres, pourrait permettre d’équilibrer le budget de la STM, qui doit être présenté la semaine prochaine en même temps que celui de l’administration Plante, avec une économie d’environ 18 millions.

Un « trou financier » important

Pour la directrice générale de Trajectoire Québec, Sarah V. Doyon, les coupures de service « ne sont jamais une bonne stratégie pour ramener le trafic vers le transport en commun ». « Nous comprenons qu’il y a un trou financier important, mais je pense que cela démontre surtout l’importance de trouver rapidement de nouvelles sources de financement pour éviter cette situation », dit-elle.

Son groupe réclame notamment un financement permanent pour l’exploitation du transport en commun au niveau fédéral. « Pour le moment, Ottawa ne finance que l’infrastructure. C’est une nouvelle source potentielle. Au moins pour cette année, il faudrait une aide d’urgence », note M.moi Doyon.

Je sais très bien, pour avoir eu des discussions avec eux, que la STM ne veut pas de coupures. Eux aussi veulent retrouver du trafic. Mais c’est l’un des scénarios évalués. Nous espérons qu’ils n’auront pas à y aller.

Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec

L’élu Etienne Grandmont, lui, appelle le gouvernement Legault à « garantir qu’il n’y aura pas de baisse de services à la STM et débloquer des fonds d’urgence si nécessaire ». « Avec les travaux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, il est temps d’augmenter l’offre de transport en commun à Montréal, pas de la réduire. Le transport en commun est l’avenir », a-t-il déclaré.

Tout cela survient au lendemain d’une annonce mobilité de la Ville de Montréal, qui confirmait mercredi que l’utilisation du transport en commun deviendrait gratuite pour les personnes âgées de 65 ans et plus à Montréal à compter de juillet 2023. L’administration Plante, qui en a fait une élection l’automne dernier, dépensera 40 millions de dollars par an pour y arriver. Cependant, comme cette nouvelle incitation ne sera mise en œuvre qu’en juillet 2023, elle ne coûtera que 24 millions pour sa première année.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.