Skip to content
Ce portrait de mouette parmi les plus belles photos animalières au monde


La photographe alsacienne Chloé Bès a eu la (bonne) surprise de voir l’un de ses clichés sélectionné dans la catégorie « Coup de cœur » du Wildlife Photographer of the Year, le plus prestigieux concours de photos animalières au monde. Elle raconte à 30millionsdamis.fr les coulisses de cette magnifique photo de mouette.

Montrez la beauté des animaux mal aimés. C’est le credo de la photographe animalière Chloé Bès. Originaire d’Alsace, ce passionné de faune a eu l’honneur d’être nominé pour le Wildlife Photographer of the Year, le plus prestigieux concours de photos animalières au monde (plus de 38 000 photos reçues des quatre coins de la planète, NDLR). Son portrait minimaliste d’un goéland à ailes grises se fondant dans le blanc immaculé de la banquise japonaise est l’un des 25 clichés choisis dans la catégorie « Choix du public ».

« Un immense honneur »

Chloé Bès parcourt le monde à la recherche d’animaux sauvages./©Chloé et Alexandre Bès

Le photographe français n’en revient toujours pas :  » C’est quelque chose de fousourit le photographe. Lorsque j’ai reçu la nouvelle, le message était parti dans mon  »courrier indésirable ». Je pensais que c’était du spam ! Voir une de ses photos sélectionnée parmi les plus grands photographes du monde est un immense honneur. C’est une compétition qui a consacré Laurent Ballesta dont j’admire le travail. Et maintenant cette année, je suis la seule française parmi les 25 ! C’est incroyable ! »

La sensation est d’autant plus belle que Chloé a commencé la photographie il n’y a pas si longtemps, aux côtés de son mari, Alexandre.  » C’est lui qui m’a mis à l’étrierelle explique. Avant même la photographie, nous partagions une passion commune : la vie sauvage, les animaux, la nature… J’adorais regarder l’émission 30 Millions d’Amis étant enfant ! »

La mouette, cet animal mal aimé qui « mérite d’être protégé »

Le choix de la photographie animalière relève alors de l’évidence. Même si un événement entérinera ce destin : « Le jour où nous avons croisé un pygargue à queue blanche nichant en Île-de-France a été un véritable déclic. Nous aimons les oiseaux. Cet animal emblématique, il en existe si peu en France. C’était fou. »

Ce portrait de mouette parmi les plus belles photos animalières au monde

Le pygargue à queue blanche a joué le rôle de déclencheur dans la carrière de Chloé Bès./©Chloé et Alexandre Bès

Peu à peu, Chloé tombe amoureuse d’animaux mal aimés. C’est lors d’un voyage au Japon que l’un de ces animaux va changer le cours de sa vie. Nous sommes en 2019 près du port de Rausu, sur l’île d’Hokkaido lorsque plusieurs centaines de goélands à ailes grises remplissent la banquise.  » Il faisait -30°C, elle se souviens. Nous avions 4 couches de vêtements sur nous. Le bruit de ces oiseaux était assourdissant. L’un d’eux s’est posé. Il attendait le moment opportun pour s’envoler… Le temps s’était figé. »

Jusqu’au 2 février 2023 pour voter

Chloé Bès n’a pas encore le sentiment d’avoir  » prendre une belle photo « . Elle est plus touché par la scène, l’œil d’un animal trop souvent méprisé « .  » Les oiseaux de mer sont victimes d’une importante perte d’habitat ou de la surpêchesouligne le photographe alsacien. Et quand ils arrivent en ville, ils sont maltraités, détestés. Ce sont des espèces en déclin qui méritent tout autant d’être protégées que les ours polaires ou les lynx. »

Grâce à son ouvrage intitulé « Rouge et Jaune », Chloé Bès permet en tout cas d’accorder une place à part à cet animal peu mis en valeur. Son portrait est exposé au Natural History Museum de Londres (Grande-Bretagne) jusqu’à la fin du concours. Les internautes ont jusqu’au 2 février 2023 pour le consacrer, dans la catégorie « choix du public ».


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.