Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Ce que vous devez prévoir fiscalement et financièrement si vous devenez indépendant

Vous avez perdu ou quitté votre emploi et avez décidé de devenir indépendant ? Ce statut présente plusieurs avantages, mais nécessite également une solide planification fiscale et financière.

Être son propre patron peut être un rêve pour de nombreux salariés, de par la liberté que cela procure, mais aussi les avantages fiscaux. En effet, vous pouvez avoir droit à des déductions et crédits d’impôt auxquels les salariés n’ont pas accès, par exemple sur les frais de bureau, de déplacement, de télécommunications, etc. Mais ce statut entraîne aussi des obligations et des responsabilités auxquelles vous devez vous préparer. Voici les choses que vous devez garder à l’esprit.

Planifier votre retraite

En tant que travailleur autonome, vous ne pourrez bénéficier d’un REER collectif ni d’un fonds de pension offerts par l’employeur. Ce sera donc à vous de bâtir votre retraite. «Si on ne le fait pas, nous n’aurons que les rentes du gouvernement, c’est-à-dire le Régime de rentes du Québec (RRQ), la Pension de la Sécurité de la vieillesse et, le cas échéant, le Supplément de revenu garanti. ce qui risque d’être insuffisant. C’est donc à nous de cotiser aux REER et aux CELI et de bien planifier notre retraite », recommande Jean-Michel Samuel, avocat fiscaliste et planificateur financier au Mouvement Desjardins.

Payer les charges sociales

Jean-Michel Samuel estime le montant que doivent payer les travailleurs indépendants pour les diverses cotisations et charges sociales à environ 13 % de leurs revenus. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment le RRQ, le Régime québécois d’assurance parentale et le Fonds des services de santé. Par ailleurs, un travailleur indépendant n’a pas accès aux congés payés, sauf rares exceptions. Les vacances seront donc à sa charge. Puisque vous n’aurez plus accès au régime d’assurance collective de l’employeur, vous devrez éventuellement souscrire une assurance maladie, une assurance vie, etc.

«Lorsque vous établissez vos tarifs ou le coût de votre produit, n’oubliez pas de considérer le fait qu’en tant que travailleur indépendant, vous avez des dépenses supplémentaires et perdez des prestations sociales», recommande l’avocat fiscaliste.

Soyez prudent sur le plan financier

Un travailleur indépendant doit garder un œil sur ses obligations fiscales, car il peut rapidement accumuler des dettes coûteuses auprès du fisc.

« Dès la première année de vos activités de travailleur indépendant, sachez que vous devrez probablement faire un chèque au fisc, car vous n’aurez plus de prélèvement à la source sur votre salaire, comme c’est le cas pour un salarié. », argumente Jean-Michel Samuel. La deuxième année, vous pourrez être soumis à des versements échelonnés. Si vous sautez des paiements, cela vous coûtera beaucoup d’argent en intérêts et pénalités.

Autre élément à ne pas négliger : dès que vous dépassez les revenus d’un travail autonome de 30 000 $ sur 12 mois, vous devrez facturer la TPS et la TVQ à vos clients, puis les rembourser en totalité ou en partie au gouvernement.

N’hésitez pas à consulter un comptable qui pourra vous aider à prévoir et à mieux planifier vos obligations fiscales.

N’oubliez pas non plus de conserver les preuves et les reçus pour justifier les déductions et crédits que vous demandez sur votre déclaration de revenus annuelle. Ils seront nécessaires si le fisc procède à des contrôles.

Compenser les variations de revenus

Lorsque l’on travaille à son compte, les revenus peuvent varier considérablement selon les contrats que vous décrochez… ou non. Pour pouvoir faire face aux temps difficiles, il est indispensable de constituer au plus vite un fonds d’urgence représentant trois à six mois de dépenses, préconise Jean-Michel Samuel.

« Lorsqu’on doit payer nos fournisseurs ou même la TPS/TVQ au gouvernement alors que nos clients n’ont pas encore payé ce qu’ils nous doivent, cela crée beaucoup de stress financier. Il faut s’y préparer en conservant des liquidités qui constitueront le fonds de roulement», précise-t-il. À cet égard, il souligne qu’un système rigoureux de facturation et de recouvrement des factures est la clé pour éviter de se retrouver dans une situation financière difficile.

CONSEIL

  • Assurez-vous d’avoir le statut fiscal de travailleur indépendant. Cela implique notamment que vous disposiez d’une autonomie sur le lieu d’exécution des tâches, dans la gestion de vos tâches et celle de vos plannings.
  • Il faut être prudent, car certaines situations et accords avec un client peuvent prêter à confusion. Consultez un comptable ou un fiscaliste si nécessaire.
  • S’il s’avère que vous êtes effectivement un salarié et non un travailleur indépendant, le fisc procédera à des corrections et réclamera rétroactivement des cotisations, à vous et à votre employeur.


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page