Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Cela prendra le temps qu’il faut


LAVAL | Le Rocket est revenu à la maison avec deux défaites en autant de déplacements au cours du week-end et personne n’était content.

Après la défaite 5-0 à Syracuse samedi, une sixième en sept matchs, l’entraîneur-chef Jean-François Houle avait promis des entraînements difficiles et il a donné le ton lundi matin avec beaucoup d’intensité.

« J’ai aimé l’entraînement de ce matin qui était un peu plus dur que les autres que nous avions eu auparavant. Nous voulons nous assurer d’avoir les bonnes façons de faire les choses et nous voulons que l’intensité augmente un peu parce que nous n’avons pas aimé notre week-end», a insisté Houle.

«Au début de l’année, on avait dit que ce serait un début de saison rock’n’roll, on savait à quoi s’attendre avec la décision de faire un virage jeunesse», a ajouté Houle, qui continue de parler de patience alors que en début de saison.

« (Il faudra) le temps qu’il faut pour que chaque joueur se développe bien, c’est une ligue de développement. Oui, nous voulons gagner, mais chaque joueur est différent. Il y en a qui se développent plus vite et d’autres moins.

« Mais c’est difficile de se développer correctement quand on perd des matches, c’est beaucoup plus facile dans un environnement gagnant et nous allons essayer de renverser la vapeur. »

Tobie Paquette-Bisson estime que les matchs du week-end ont servi de gifle pour réveiller l’équipe.

Photo Martin Chevalier

Trop confortable

Également après le match de samedi, le vétéran défenseur Tobie Paquette-Bisson a déclaré que trop de joueurs étaient à l’aise et assurés de leur temps de jeu.

«Je suis d’accord avec Tobie», a répondu d’emblée Houle. Il est important que chaque joueur soit responsable, qu’il soit un choix de première ronde, un choix de deuxième ronde ou qu’il ait un contrat avec la Ligue américaine. »

Paquette-Bisson ne visait pas un joueur en particulier, mais a tout de même précisé sa pensée lundi.

« On en discutait entre défenseurs ce matin et il y avait des gars qui disaient qu’il n’y a qu’une seule présence où on est moins intense et l’autre équipe marque. Mais c’est ça la Ligue américaine, elle est impitoyable.

« J’ai été là-bas, j’ai joué dans la Ligue de la Côte Est, je devais laisser ma marque, et quand on est une recrue, on a parfois besoin d’une gifle. « Il vaut mieux que cela se produise en octobre plutôt que plus près des séries éliminatoires. »

Facile à affronter

C’est paradoxal de parler de joueurs trop à l’aise dans une équipe très jeune, c’est un phénomène plutôt observable dans une équipe composée de nombreux vétérans.

« Les jeunes ont encore beaucoup à apprendre sur le hockey professionnel. Il y en a plusieurs qui sont surpris par le calibre de la Ligue américaine», abonde Houle.

Le Rocket n’a pas encore obtenu le moindre point en trois matchs sur la patinoire adverse et Brandon Gignac, un jeune vétéran, a sa façon de l’expliquer.

« Nous sommes faciles à affronter et c’est ce que nous allons devoir changer. Nous avons beaucoup de talent dans l’équipe et ce n’est qu’une question de temps avant que cela fonctionne. Nous ne voulons pas d’excuses, nous avons du talent et il suffit de le faire cliquer. L’entraînement d’aujourd’hui a été un signal d’alarme et je pense que les choses se passeront bien cette semaine.

C’est à espérer puisque l’équipe disputera trois matchs en quatre soirs à la Place Belle. Elle accueillera les Comets d’Utica mercredi et les Marlies de Toronto vendredi et samedi.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page