Skip to content
Centraide lance sa campagne de sollicitation dans un contexte inflationniste

(Montréal) Centraide du Grand Montréal lance sa campagne de sollicitation auprès des donateurs, dans un contexte où de nombreux ménages peinent à se loger et font face à la hausse des prix des aliments et de l’essence.

Posté à 16h00

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Et les organismes soutenus par Centraide sont également confrontés aux mêmes augmentations des prix de l’essence et de la nourriture.

La grande organisation s’est fixé comme objectif d’atteindre 64 millions cette année, a déclaré son président-directeur général, Claude Pinard, en entrevue jeudi.

« Soixante-quatre millions, l’objectif, et on veut aller plus loin ! Au moment où nous parlons, je n’ai aucune inquiétude à ce sujet. La générosité des gens du Grand Montréal est assez impressionnante. On augmente depuis deux ans au niveau des campagnes », a-t-il dit.

Centraide du Grand Montréal soutient 350 organismes qui viennent en aide à 800 000 personnes sous diverses formes : aide alimentaire, soutien psychologique et autres.

l’inflation pour tous

Cette année, le contexte inflationniste a aggravé la situation déjà précaire de nombreux ménages, déjà touchés par les contrecoups de la pandémie, a indiqué M. Pinard.

Ainsi, les organismes d’aide voient des clientèles qu’ils ne voyaient pas ou peu voir auparavant : « beaucoup de travailleurs qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts », des gens qui « même avec deux boulots ont du mal à s’en sortir », rapporte-t-il. Il voit aussi des mères célibataires qui doivent consacrer plus de 50% de leurs revenus au logement et les logements sont parfois trop exigus.

Et ces personnes qu’ils voyaient avant d’arriver le 28 du mois, à la banque alimentaire, s’y présentent désormais le 15, illustre-t-il.

Il rappelle que pour les organisations d’aide également, les coûts de fonctionnement ont augmenté, comme le carburant pour le transport et les denrées alimentaires qu’ils doivent également acheter.

Ces organismes sont doublement affectés. « En sécurité alimentaire, les organismes ont un double effet : ils ont l’effet de la fin des programmes fédéraux de pandémie et ils ont une augmentation de clientèle, doublée d’une augmentation de leurs coûts de fonctionnement », résume-t-il.

Les gens sont donc invités à donner 20 $, 40 $, 100 $, tout ce qu’ils peuvent donner. « Chaque petit don compte. »

À ceux qui s’inquiètent de la part de leur don qui ira vraiment aux personnes dans le besoin, M. Pinard précise que les frais d’administration sont de 12 %, « donc 88 cents de chaque dollar retournent dans la communauté », insiste-t-il.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.