Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

C’est déjà la panique chez les Flames


La saison des Flames de Calgary ne dure que sept matchs et la frustration se fait déjà sentir.

Mardi soir, le club albertain s’est incliné 3 à 1 face aux Rangers de New York. Les Flames sont désormais en 2-4-1. Après le match contre les « Blueshirts », l’attaquant Blake Coleman s’est épanché.

«La défaite doit nous empêcher de dormir la nuit», a déclaré celui dont les propos ont été rapportés par le réseau Sportsnet. Je suis dégoûté de perdre. Je pense que je peux parler au nom des gars et dire que nous sommes tous vidés de perdre. Cela me brûle de l’intérieur. Nous devons être ceux qui détestent perdre plus qu’ils n’aiment gagner.

« Je suis en colère et je pense que plusieurs de mes coéquipiers le sont en ce moment. J’espère que beaucoup de gars l’utiliseront de la bonne manière et en feront une source de motivation », a ajouté Coleman.

Ce n’est pas la faute de Sutter

Avant le match contre les Rangers, c’est le défenseur Nikita Zadorov qui avait exprimé sa frustration face à la performance des Flames.

« Nous ne travaillons tout simplement pas en équipe », a déclaré le Russe. Nous avons trop de joueurs qui jouent pour eux-mêmes. Nous devons décider si nous voulons jouer en équipe ou en mêlée générale.

• Lire aussi : Voici pourquoi Leo Carlsson ne joue pas

• Lire aussi : L’invincible Avalanche sur la route

• Lire aussi : REGARDER : Tkachuk passe le KO. à Tuch!

L’année dernière, les Flames ont présenté une fiche de 38-27-17 et ont raté les séries éliminatoires. L’organisation n’a alors pas proposé de prolongation de contrat au directeur général Brad Treliving et a licencié l’entraîneur-chef Darryl Sutter. La mésentente entre les joueurs et le pilote a fait couler beaucoup d’encre après le licenciement de l’homme de 65 ans.

« C’était différent la saison dernière », a déclaré Zadorov. C’était Darryl. Maintenant, Darryl est parti. Il n’y a plus d’excuses. Comprenez-vous ce que j’essaie de dire ? Vous n’aimez pas les entraîneurs durs ? Vous n’aimez pas les baskets souples ? Vous n’aimez pas les bons entraîneurs ? Il faut juste jouer avec intensité sur la glace. Je pense que c’est aussi simple que cela.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page