« CHALLENGERS » : Zendaya dans un trio amoureux

Luca Guadagnino, le réalisateur de Appelle-moi par ton nom, signe son neuvième long-métrage et réunit devant sa caméra un trio d’acteurs dont la complicité fait des merveilles : Zendaya qui vient de triompher dans DuneMike Faist (vu dans West Side Story de Spielberg) et Josh O’Connor (le Charles d’Angleterre des saisons 3 et 4 de La Couronne)

L’histoire. Suite à une grave blessure, Tashi, joueur de tennis exceptionnel, devient entraîneur. Elle décide de se consacrer à la carrière de son mari, Art, le faisant passer de joueur médiocre à champion du Grand Chelem. Suite à une récente série de défaites, elle souhaite qu’il participe à un tournoi « Challenger » où il affrontera Patrick, son ancien meilleur ami et… l’ex de Tashi !

Nous aimons… La manière de mettre en scène le tennis. En matière de sport (à l’exception de la boxe), le cinéma égale rarement la qualité des retransmissions télévisées. En ce sens, les Challengers sont une exception. Par sa manière de donner vie aux matchs mais aussi de décrire la rudesse du sport de haut niveau où seule la victoire compte. Ici, toute faiblesse, même minime, est exploitée par l’adversaire, en paroles et en gestes. C’est ce qui donne du relief à cette histoire de trio amoureux, où la petite balle jaune joue un rôle essentiel.

On aime moins… la conclusion décevante. Difficile de comprendre ce qui se passe dans la dernière ligne droite où la machine parfaitement huilée se dérègle et où la caméra se met à bouger dans tous les sens sans raison. Surtout, puisque jusqu’alors le cinéaste évitait tous les clichés psychologiques, du coup, Tashi en est réduite à devenir la femme qui détruit les amitiés. Dommage.

La durée. 02h11