Collecte de fonds, internationalisation… Footsider veut poursuivre son développement pour « révolutionner » le recrutement

Collecte de fonds, internationalisation… Footsider veut poursuivre son développement pour « révolutionner » le recrutement

La candidature, qui compte parmi ses investisseurs Yacine Brahimi et Ronaldinho, a de grandes ambitions pour les mois à venir.

Plus simple. Plus rapide. Et (donc) plus efficace. Lancé le 1euh Janvier 2023, l’application Footsider – qui trouve ses origines dans l’Académie de la Seconde Chance – a complètement révolutionné le recrutement dans le monde du football en France. En presque un an et demi, la plateforme de mise en réseau qui compte Yacine Brahimi et Ronaldinho comme investisseurs a réussi à convaincre plus de 125 000 joueurs et plus de 1 500 clubs (essentiellement) amateurs. Une croissance assez impressionnante, d’autant que désormais, les footballeurs et les structures s’inscrivent dans un « organique« , c’est-à-dire tout seuls, sans publicité payante.

Déjà plus de 3 000 « matchings »

Mais au-delà de cette belle évolution au niveau des utilisateurs, c’est l’efficacité de sa solution qui est intéressante. « Nous sommes contents, nous avons déjà fait plus de 3 000 matches. Un club poste une opportunité, une offre de recrutement comme sur LinkedIn, les joueurs postulent et lorsqu’un joueur est accepté par la structure, il « matche » ; c’est un peu comme une application de rencontres», explique à Figaro Malik Chakaoui, l’un des co-fondateurs. Autant dire que Footsider a trouvé son marché.

La page « joueur » de l’application.
Footsider.

Une offre « premium » récemment lancée

Et justement, après avoir confirmé qu’il y avait bien un (grand) besoin et (surtout) que sa solution répondait (pleinement), l’entreprise a décidé d’appuyer sur l’accélérateur. Récemment, elle a lancé une offre «prime» pour les joueurs. Pour 8,99 € par mois, ils peuvent désormais «postulez en illimité et ayez accès à du contenu exclusif avec des intervenants», indique Malik Chakaoui. Auparavant, l’offre «gratuit» leur a permis de consulter toutes les opportunités et de postuler (uniquement) à une offre par mois. Un développement commercial prévisible. En revanche, pour les clubs, cela reste totalement gratuit. « C’est comme des filles dans une boîte de nuit (rires). Plus nous avons de clubs, plus nous avons de joueurs, il est donc pour nous stratégique de leur proposer gratuitement notre solution. De plus, les clubs amateurs ne disposent pas de beaucoup de ressources», révèle le co-fondateur.

VOIR ÉGALEMENT – « C’est très ennuyeux » : quand Antoine Griezmann plaisante sur le jeu de l’équipe de France

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/dugout/index.js » >

Une levée de fonds pour préparer l’internationalisation

Par ailleurs, pour cette année 2024, Footsider – qui revendique entre 1 000 et 3 000 nouveaux joueurs inscrits chaque semaine – ambitionne de sécuriser le marché français, c’est-à-dire d’attirer encore plus d’utilisateurs, joueurs et clubs. . Mais l’entreprise travaille également sur une (nouvelle) campagne de financement pour s’ouvrir à l’international à partir de 2025. Pour ce tour de table, elle souhaite convaincre des investisseurs supplémentaires, des fonds d’investissement et des business angels extérieurs au football, capables de l’aider dans son développement. Nul doute qu’avec sa belle croissance, elle devrait y parvenir. Et franchir ainsi un (nouveau) cap.

Quitter la version mobile