comment l’armée se prépare-t-elle à sécuriser le ciel français ?

Publié


Durée de la vidéo : 4 min

En plus d'un important dispositif policier, l'armée française sera chargée d'assurer la sécurité dans les airs pendant les Jeux olympiques de Paris. Les équipes de France Télévisions ont participé à une simulation d'intervention en hélicoptère.

JO Paris 2024 : comment l’armée se prépare-t-elle pour sécuriser le ciel français ?
Outre un important dispositif de police, l’armée française sera chargée d’assurer la sécurité aérienne lors des Jeux olympiques de Paris. Les équipes de France Télévisions ont participé à une simulation d’intervention d’hélicoptère.
(France2)

Outre un important dispositif de police, l’armée française sera chargée d’assurer la sécurité aérienne lors des Jeux olympiques de Paris. Les équipes de France Télévisions ont participé à une simulation d’intervention d’hélicoptère.

A la moindre alerte, ils décollent en urgence dans le ciel français. Ils escortent des avions suspects, neutralisent des drones douteux et patrouillent dans le ciel francilien. Comment l’armée se prépare-t-elle à sécuriser l’espace aérien pendant Jeux Olympiques de Paris ? Sur la base aérienne 107 de Villacoublay (Yvelines), l’escadrille parisienne est en pleine réunion. À l’approche des Jeux olympiques, les exercices aériens se multiplient.

Dans un hélicoptère, France Télévisions joue le rôle d’un engin malveillant, une machine privée qui décollerait sans autorisation. Malgré les rappels, nos équipes ne répondent pas aux contrôleurs aériens. Avion considéré comme suspect, nous avons été interceptés par un hélicoptère de l’armée à l’approche de Paris. Après avoir tenté un dernier contact radio, les tireurs dégainent leurs armes devant l’avion.
« Les tirs sont extrêmement rares, cela peut simplement signifier que l’avion intercepteur est capable de tirer », nous explique-t-on. Contraints de faire demi-tour, l’armée nous oblige à débarquer. En cas de menace imminente ou terroriste, la décision d’ouvrir le feu appartient au Premier ministre. Au total, plus de 2 000 aviateurs seront mobilisés pour assurer la sécurité aérienne de la cérémonie d’ouverture.