Comment Toyota fabrique des véhicules pour les athlètes paralympiques

La rampe d'accès du véhicule APM pour les athlètes paralympiques fabriquée au Portugal. - Crédit : Tiago Monteiro / Toyota

La rampe d’accès du véhicule APM pour les athlètes paralympiques fabriquée au Portugal. – Crédit : Tiago Monteiro / Toyota

DDepuis le ciel bleu, le chaud soleil baigne de sa lumière ce qui fut en 1971 la première usine Toyota d’Europe : l’usine Toyota Caetano dans la commune portugaise d’Ovar, située au sud de Porto. C’est là que se trouve la chaîne de montage du Land Cruiser, l’un des véhicules les plus emblématiques de la marque japonaise, exporté notamment en Afrique du Sud. « L’entrepreneur portugais Salvador Fernandes Caetano était un pionnier. Après avoir construit une usine de carrosseries de bus, il part en 1946 pour le Japon où il noue des relations avec la famille Toyoda à la tête de Toyota. En 1968, il devient le distributeur exclusif du groupe japonais et le seul dans lequel Toyota a accepté de ne pas détenir 100 % du capital », raconte Rita Doria, responsable du marketing, de l’innovation et de l’expérience client chez Toyota Caetano Portugal.

A Ovar, les ouvriers savent encore travailler à la main, sans machines. On ne croise pas d’AVG, ces petits robots à guidage automatique qui remplacent peu à peu les ouvriers pour certaines tâches répétitives dans les usines automobiles les plus modernes de la planète. Nous déballons à la main les pièces détachées des colis reçus du Japon, nous les soudons, perçons et vissons nous-mêmes. Ce savoir-faire manuel a convaincu Toyota de fabriquer ici un nouveau modèle spécialement conçu pour les athlètes et les visiteurs handicapés, l’Accessible People Move ou APM. Partenaire mondial du Comité International Olympique et du (…) Lire la suite