Skip to content
Commission de l’état d’urgence |  Le blocage des passages frontaliers a changé la donne, déclare Bill Blair

(Ottawa) Les convois de camions pour s’opposer aux mesures sanitaires sont devenus une « question d’urgence nationale » dès qu’ils ont commencé à bloquer des infrastructures essentielles à l’économie canadienne, selon le ministre de la Protection civile, Bill Blair. Il a témoigné devant la Commission des mesures d’urgence lundi après-midi.


« J’ai perçu ça comme une escalade », a-t-il dit, rappelant au passage que des employés ont été licenciés parce que des usines à Windsor ont dû fermer temporairement, faute de pièces parce que le pont Ambassador était bloqué.

L’arrêt de la circulation des biens et services « a eu un impact énorme » sur l’économie canadienne et le ministre a estimé que la situation avait atteint le niveau d’urgence nationale, a ajouté celui qui a dirigé la police de Toronto pendant dix ans. Blair a également déclaré que la saisie massive d’armes du convoi à Coutts, en Alberta, a également « haussé le niveau d’inquiétude pour la sécurité publique ». Cela indiquait qu’il pourrait y avoir des personnes parmi les manifestants qui avaient l’intention de commettre des actes de violence.

« Dans mon esprit, il y avait une corrélation claire entre les blocages des passages frontaliers et ce qui se passait à Ottawa », a-t-il déclaré. Le ministre Blair a également constaté qu’il serait difficile pour les forces de l’ordre de « chasser les barrages aux frontières à travers le pays ».

Le gouvernement fédéral a déclaré l’état d’urgence le 14 février, un peu plus de deux semaines après l’arrivée du « convoi de la liberté » à Ottawa et le début du blocus du passage frontalier de Coutts. Un autre convoi de camions bloquait le pont Ambassador depuis une semaine.

L’enquête publique menée par le juge Paul Rouleau doit déterminer si le recours historique à Loi sur les mesures d’urgence était justifié. C’est l’une des garanties incluses dans cette législation d’urgence.

D’autres détails suivront.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.