Skip to content
Coopération économique et commerciale |  Le Canada adhère à l’accord international avec les peuples autochtones

(OTTAWA) La ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng, a déclaré jeudi qu’elle souhaitait que les peuples autochtones, qui après tout ont été le fondement même du commerce au Canada, bénéficient davantage des accords de libre-échange internationaux.

Publié à 16h07

Lors d’une cérémonie à Ottawa avec des peuples autochtones de partout au Canada et en Nouvelle-Zélande, la ministre Ng a annoncé que le Canada se joignait à l’Accord de coopération économique et commerciale avec les peuples autochtones. L’adhésion à ce forum d’affaires international vise à aider les entreprises des Premières Nations, inuites et métisses à trouver de nouvelles opportunités dans le monde, a déclaré le ministre.

Il y a plus de 50 000 entreprises appartenant à des Autochtones au Canada, qui contribuent chaque année près de 30 milliards de dollars à l’économie.

La ministre Ng soutient qu’en adhérant à l’Accord de coopération économique et commerciale des peuples autochtones, davantage d’entrepreneurs autochtones pourront bénéficier des accords de libre-échange, tout en partageant leur savoir-faire avec des entreprises autochtones du monde entier .

Le député libéral Jaime Battiste, le premier député mi’kmaq élu au Parlement, affirme que cet accord intégrera les façons de savoir et d’être autochtones, et qu’il ne s’agit pas seulement de faire des profits, mais de protéger les terres et les ressources.

M. Battiste, qui est secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones, estime que l’adhésion à cet accord est « une étape importante vers la réconciliation économique, qui profitera à de nombreuses communautés et à de nombreuses entreprises autochtones ».


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.