Skip to content
COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

Les négociations se sont poursuivies très tard dans la nuit de dimanche à lundi à Montréal. Une séance plénière d’abord annoncée à 18 heures, reportée plus d’une fois dans la soirée, a finalement débuté à 2 h 55. En coulisses, les négociateurs ont multiplié les rendez-vous pour arracher un accord « historique ».


Un accord en vue

Dimanche en fin d’après-midi, plusieurs observateurs signalaient à La presse qu’un accord est en vue et qu’il pourrait même être adopté le soir même, 24 heures avant la clôture officielle de la COP15 à Montréal. Avec un sourire narquois, Eddy Pérez, directeur de la diplomatie climatique internationale au Climate Action Network, nous invite à rester toute la soirée au Palais des Congrès. Sur Twitter, le journaliste français Thomas Baïetto a écrit à 21h56 qu' »un négociateur européen confirme que ce sera réglé ce soir, un jour à l’avance ». « La présidence chinoise a été très rusée, elle a déposé un texte qui n’était pas ‘merde’, nous étions tous coincés », lui a confié sa source.

ça se complique…

Le temps passe, et aucune session plénière en vue, signe que les négociations piétinent. Toujours sur Twitter, le journaliste Thomas Baïetto écrit à 22h46 que « le ministre [français de la Transition écologique] Christophe Béchu croit plutôt à l’adoption de l’accord demain matin : « Nous n’avons pas encore le texte, il faut le traduire dans toutes les langues », explique-t-il ». Des sources disent aussi La presse que l’Union européenne et le Brésil se font tirer les oreilles. La République démocratique du Congo (RDC) se dit insatisfaite de l’accord qui est sur la table. L’Argentine donnerait également un coup de pied dans les civières.

Négociations intenses

COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

PHOTO LARS HAGBERG, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le ministre canadien de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, s’adresse aux journalistes avant la séance plénière.

La soirée avance et les négociateurs comprennent que la principale opposition à l’adoption d’un accord vient de la République démocratique du Congo. En entretien avec La presselundi, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, a indiqué que c’est en travaillant sur une modification mineure, qui était une question de syntaxe, « qu’on a compris que le Congo [RDC] ne voulait rien savoir et que le Cameroun était avec eux, et l’Ouganda ». Steven Guilbeault précise que la présidence chinoise a demandé au Canada de rencontrer les représentants du Cameroun. Il a également été demandé si les Canadiens « avaient des contacts au Congo ». « J’ai dit non, on n’en a pas beaucoup, mais on va demander aux Britanniques, aux Américains, qui en ont plus. On a fait ça pendant plusieurs heures », a ajouté M. Guilbeault. La presse que le Royaume-Uni est intervenu auprès de la RDC.

Drame au milieu de la nuit

COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

PHOTO ANDREJ IVANOV, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un représentant de la République démocratique du Congo lors de la session plénière

La session plénière s’est ouverte avec huit heures de retard. Il est 2h55. Après avoir expliqué le déroulement de la réunion, le président de la COP15, le ministre chinois de l’Ecologie et de l’Environnement, Huang Runqiu, donne la parole à la République démocratique du Congo. Après un très long préambule, son représentant a affirmé que son pays « n’est pas en mesure d’adopter le cadre mondial dans son état actuel ». La RDC n’est pas satisfaite des sommes prévues dans l’accord pour le financement international des pays en développement. Il y a de la consternation dans la salle. De rares applaudissements se font entendre après l’intervention congolaise.

Le Mexique saute dans l’arène

COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

PHOTO ANDREJ IVANOV, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les délégués applaudissent après la déclaration du Mexique.

Le représentant du Mexique a demandé à prendre la parole après la RDC. « Il n’y aura jamais de texte parfait, la perfection est l’ennemie du bien », dit-elle. Elle demande au Président de procéder à l’adoption de tous les documents qui ont été rendus disponibles vers 2h30. Elle termine son discours en disant : « Demain, c’est mon anniversaire, et le meilleur cadeau que je puisse demander est l’adoption du cadre mondial post-2020. Un tonnerre d’applaudissements se fait entendre. Presque tous les délégués présents se sont levés pour montrer leur soutien au Mexique. Il est 3h20 du matin.

Une pause avant l’adoption

COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

PHOTO LARS HAGBERG, AGENCE FRANCE-PRESSE

D’un geste symbolique, le président de la COP15 officialise l’adoption de l’accord d’un coup de marteau.

Le Président de la COP15 consulte son équipe et les membres du Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique pendant quelques minutes. La tension est forte dans la salle. Vers 3h30 du matin, Huang Runqiu ouvre son micro. En mandarin, il déclare que tous les documents constituant le nouvel accord Kunming-Montréal, dont le nouveau cadre mondial pour la biodiversité, sont adoptés. D’un geste symbolique, il frappe le marteau, officialisant leur adoption. La salle se lève à nouveau et applaudit vivement la décision. Cependant, le Cameroun et l’Ouganda protestent contre ce qu’ils considèrent comme « un abus de procédure ». Ils indiquent néanmoins qu’ils soutiennent l’accord.

La RDC se mobilise

COP15 sur la biodiversité |  Le sprint final en panne

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Le représentant de la République démocratique du Congo serre la main du président de la COP15 et ministre chinois de l’Environnement, Huang Runqiu.

Lundi après-midi, des rumeurs circulent selon lesquelles la République démocratique du Congo pourrait tenter de contester l’adoption de l’accord. Sur Twitter, le journaliste du quotidien Le gardien Patrick Greenfield écrit qu’un accord aurait été trouvé pour abandonner les objections soumises la veille par la RDC. On s’attendrait cependant à une certaine forme d’excuses de la part de la présidence chinoise. Dans la salle où est prévue une nouvelle session plénière, les représentants de la Chine discutent de longues minutes avec le représentant congolais. Le président Runqiu a finalement ouvert la session plénière en fin d’après-midi et a immédiatement donné la parole à la RDC. « Mon pays, la RDC, […] se félicite également de l’adoption du cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 et des cinq autres décisions qui l’accompagnent », a-t-elle déclaré d’emblée. de la cible 19 (sur le financement international) « apparaît clairement dans le rapport final de la COP15 ». « J’ai écouté ce que vous avez dit. J’en prends bonne note », a répondu le président.

Avec la collaboration de Jean-Thomas Léveillé, La presse


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.