Skip to content
COP15 sur la biodiversité | Une « mascarade », dénoncent des manifestants

Une centaine de personnes ont manifesté lundi soir, moins de 24 heures après la signature d’un accord à la COP15, pour dénoncer une « mascarade » sans réel effet pour assurer l’avenir de la biodiversité.


Scandant des slogans, ils ont quitté Philips Square avant de parcourir les rues du centre-ville jusqu’aux abords du Palais des Congrès où des dizaines de CRS les ont encerclés.

Là, les manifestants ont accroché des peluches à l’effigie de différentes espèces animales sur une potence de fortune, les condamnant à chaque fois à mort pour des crimes imaginaires comme, par exemple, « avoir grandi là où [nous] voulu construire.

Rencontrés juste avant la marche, certains avaient dénoncé les conclusions de la COP15, « des engagements auxquels personne n’est redevable ». « C’est ce qu’on a vu avec les autres COP, c’est que les résultats sont toujours plus minimes, ne suffisent pas à changer les choses et qu’en plus, on ne va pas les respecter », a souligné un manifestant qui a souhaité rester anonyme .

« Selon les connaissances indigènes et scientifiques, ce qui serait pertinent de faire à ce stade, c’est de remettre en question le système capitaliste qui est à la racine du problème », a déploré à ses côtés un autre manifestant dont il n’a pas voulu non plus s’identifier.

« Des compromis confortables »

« Protéger la biodiversité, c’est lutter contre ce qui la détruit. La transition socio-écologique ne peut pas être pavée de compromis confortables et d’accommodements superficiels », a ensuite déclaré un intervenant.

Ce dernier a alors décrié la position du gouvernement Legault, dont celle de son ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, qui, en entrevue avec le quotidien Le devoirdit vouloir garder son pouvoir d’empiéter sur les habitats d’espèces menacées dans le cadre de certains projets d’aménagement « d’actualité ».

Malgré une très forte présence policière, la soirée s’est terminée sans incident lorsque les manifestants ont pris le métro, alors que La presse. Les participants ont répondu à l’appel de la Coalition anticapitaliste et écologiste contre la COP15.

Le système capitaliste responsable

Dans un communiqué diffusé en amont de l’événement, ce dernier a déploré la mesure phare proposée à la COP15, à savoir la protection de 30 % des milieux naturels terrestres et marins d’ici 2030. « Selon la Coalition, cette mesure occulte complètement cette idée que ce qui est destructeur car la biodiversité est le système économique capitaliste, colonial et impérialiste qui pourra continuer à détruire la vie sans embûche en dehors des aires protégées », lit-on.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un accord qualifié d' »historique », afin d’inverser le déclin mondial de la biodiversité, a été arraché au 15e Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15), à Montréal.

L’objectif clé de protéger « au moins 30% des terres, des eaux intérieures et des océans » reste là, et une voie a été trouvée pour résoudre l’épineuse question du financement des mesures de protection de la biodiversité dans les pays. en développement.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.