Skip to content
Coup d’État soutenu par l’Occident déjoué, selon le gouvernement


La tentative de coup d’État au Mali survient au milieu des tensions avec la France

Un groupe d’officiers maliens a tenté un coup d’État la semaine dernière avec l’aide d’un État occidental, a annoncé le gouvernement de Bamako. Bien que le gouvernement militaire n’ait pas nommé le coupable étranger présumé, l’annonce intervient au milieu de la détérioration continue des relations avec l’ancien dirigeant colonial du Mali, la France.

« Un petit groupe d’officiers et sous-officiers maliens anti-progressistes a tenté un coup d’État dans la nuit du 11 au 12 mai 2022 », a déclaré le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maiga, à la télévision nationale lundi soir. « Ces soldats étaient soutenus par un État occidental. La tentative a échoué grâce à la vigilance et au professionnalisme des forces de défense et de sécurité maliennes.

Le gouvernement a dénoncé la « atteinte scandaleuse à la sûreté de l’État, dont le but est d’entraver — voire d’anéantir — les efforts substantiels pour sécuriser notre pays et revenir à un ordre constitutionnel garantissant la paix et la stabilité » au Mali, mais a fourni peu de détails sur le complot présumé.

Une source militaire anonyme a déclaré à Al-Jazeera qu’environ 10 personnes ont été arrêtées jusqu’à présent. Le gouvernement a confirmé que la sécurité aux points de contrôle autour de la capitale a été renforcée dans le but d’attraper les complices qui pourraient encore être en liberté.

Lire la suite

Le retrait français du Mali signale la défaite dans la guerre de l’Occident contre le militantisme islamique

Les revendications du coup d’État manqué sont survenues le même jour que le Mali s’est retiré de la Force du G5 Sahel, un effort multinational pour contrer les militants islamistes dans la région. Le groupe de cinq membres mis en place en 2017 comprenait également le Tchad, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Nigeria.

Le Mali est actuellement dirigé par le président par intérim Assimi Goita, un colonel de l’armée qui a dirigé le coup d’État militaire de 2020 contre le président Ibrahim Boubacar Keita – ainsi que le coup d’État de mai 2021 contre son remplaçant Bah N’Daw.

Après le coup d’État de 2021, le gouvernement de Goita a été accusé par les puissances occidentales d’avoir invité des entrepreneurs militaires privés russes à aider Bamako à combattre les militants islamistes dans le nord.

Pendant ce temps, les relations de Bamako avec Paris ont continué à se détériorer. Sur l’insistance de Goita, la France a retiré ses troupes du Mali en février. Le pays a banni les médias d’État français en mars, les accusant de publier de faux rapports sur les violations des droits de l’homme. Plus tôt ce mois-ci, le Mali a rompu les accords de défense avec Paris, citant « violations flagrantes » de sa souveraineté par les troupes françaises.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.