Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Coupe du monde Tremblant : la meilleure skieuse de l’histoire Mikaela Shiffrin a hâte de découvrir une nouvelle destination


TREMBLANT | Skieuse la plus titrée de l’histoire de la Coupe du monde et championne du monde en titre de slalom géant, l’Américaine Mikaela Shiffrin a rencontré les médias cet après-midi lors d’un bref point de presse quelques heures avant la première apparition du Cirque blanc à Tremblant en 40 ans.

• Lire aussi : Après avoir été opérée d’une épaule l’hiver dernier, Sarah Bennett reprend progressivement confiance

• Lire aussi : Coupe du monde de ski alpin Tremblant : invitations surprises pour les deux Justines

De très bonne humeur, Shiffrin s’est dite très heureuse de découvrir une nouvelle destination sur le circuit de la Coupe du monde. « C’est merveilleux d’être ici pour la première fois et c’est un événement très important d’avoir des étapes consécutives de Coupe du monde en Amérique du Nord cette année après Killington le week-end dernier », a-t-il déclaré. » a-t-elle mentionné. C’est un très joli endroit et c’est excitant de découvrir une nouvelle destination. Toutes les filles sont excitées et cela crée une nouvelle ambiance sur le circuit. Avec tous les déplacements que nous devons effectuer au cours d’une saison, c’est également formidable que nous soyons à distance de marche de tout.

Lors de sa première visite à Tremblant, Shiffrin est toutefois venue au Québec pendant ses études secondaires. «À l’époque où j’étudiais et m’entraînais à la Burke Mountain Academy au Vermont, nous tenions un camp d’entraînement au Mont-Sainte-Anne», a déclaré le skieur de 28 ans originaire de Vail, au Colorado, qui est en quête d’une 6e carrière. Crystal Globe, ce qui lui permettrait d’égaler le record. Les deux endroits ne sont pas très loin, mais ici c’est différent.

Avec 90 victoires en Coupe du monde, trois médailles olympiques, dont deux d’or, et sept titres mondiaux, comment Shiffrin peut-il mesurer les succès futurs ? » a demandé un collègue. « Bien au-delà des victoires, la progression et le développement de mon plein potentiel sont bien plus importants. »

Le podium est accessible pour Valérie Grenier

Forte de sa première victoire en carrière en janvier dernier en Slovénie et d’un deuxième podium pour terminer la dernière saison à Andorre, Valérie Grenier vit actuellement les meilleurs moments de sa carrière alors qu’elle se prépare à disputer sa première Coupe du monde au Québec.

Grenier a poursuivi sur sa lancée cette année en signant 7e et 5e postes à Levi, en Finlande et à Killington, au Vermont. Lors de ses neuf dernières courses, elle s’est glissée huit fois dans le top 10.

«Je ne veux pas lui mettre de pression sur les épaules, mais Valérie peut espérer monter sur le podium», a déclaré le double champion du monde Erik Guay, présent au Vermont pour la dernière sortie de Grenier. Valérie skie de mieux en mieux et elle termine en 5e place à Killington même si elle a commis deux erreurs.

Si elle refuse de se mettre trop de pression en se fixant des objectifs trop précis, Grenier veut briller lors de ses deux étapes de Coupe du monde disputées à domicile.

«À Tremblant, ce sont les courses que j’attends le plus avec impatience et j’ai vraiment envie de bien faire», a-t-elle résumé. Ce serait encore plus incroyable si j’obtenais de bons résultats à Tremblant devant ma famille. Je veux bien faire, mais j’ai la bonne approche. Je sais que ma famille me soutiendra autant, quels que soient mes résultats. J’ai participé plusieurs fois à la Coupe du monde à Lake Louise, mais c’est très différent ici. Je suis à la maison. »

Ce retour au Québec du Cirque blanc après une absence de 28 ans et cette première présence à Tremblant en 40 ans est une opportunité incroyable selon le skieur originaire de Saint-Isidore dans l’Est de l’Ontario.

« C’est une opportunité incroyable de mettre le ski alpin à l’avant-plan carte au Québec, imaginait-elle. Cela attire beaucoup d’attention et c’est un gros plus pour les jeunes des clubs qui viendront nous voir. Quand j’étais plus jeune, j’aurais adoré assister à une Coupe du monde au Québec.»

Pas de soucis pour la piste

Les skieurs ne sont pas descendus du Flying Mill vendredi, mais le directeur de l’événement assure qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. « Nous voulions simplement protéger la piste afin qu’elle soit dans des conditions optimales pour la course », a déclaré Nicholas Cogger. Il est très courant qu’il n’y ait pas de descente libre avant les courses. Nous nous attendons à un effet refroidissant ce soir et cela aidera, mais nous aurions pu tenir la course vendredi.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page