Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Coupe du monde Tremblant : un rêve devenu réalité pour Valérie Grenier


TREMBLANT | Pour la famille de Valérie Grenier, Noël arrive tôt cette année avec la présentation de deux épreuves de Coupe du monde à Tremblant, la station où la double olympienne a chaussé ses planches pour la première fois à l’âge de deux ans.

• Lire aussi : Coupe du monde Tremblant : la meilleure skieuse de l’histoire Mikaela Shiffrin a hâte de découvrir une nouvelle destination

• Lire aussi : La saison de ski 2023-2024 est officiellement lancée au Québec

• Lire aussi : Après avoir été opérée d’une épaule l’hiver dernier, Sarah Bennett reprend progressivement confiance

Ses parents, propriétaires d’un condo à Tremblant, son frère, ainsi que son grand-père, ses oncles, tantes et amis, seront là pour encourager Valérie. Passionnés de ski, ses parents, Gabriel Grenier et Nathalie Bourdon, ont présenté très tôt leur fils Francis et Valérie, d’un an et demi plus jeunes. Après de multiples allers-retours entre la maison familiale de Saint-Isidore, dans l’Est de l’Ontario, la famille a acheté un condo pour réduire les déplacements.

« C’est une grande fête et il y a de l’euphorie dans l’air », a déclaré son père. En plus de la famille et des amis, plusieurs anciens coéquipiers de l’équipe et des clubs du Québec seront présents.

« Il n’y a pas de prix pour avoir la chance de disputer une Coupe du monde sur sa montagne », poursuit son père. On ne pensait pas avoir autant de chance durant sa carrière. C’est un rêve devenu réalité qu’elle soit en action à notre place.

Un grand frère comme modèle

Son frère Francis a servi de modèle à sa sœur cadette. « Je vis un peu mon rêve d’enfant grâce à Valérie, confie-t-il. Nous avons consacré les 16 premières années de notre vie au ski. Nous étions ensemble 24 heures sur 24. Au début, j’étais sa référence, jusqu’à ce qu’elle réussisse à me battre. Elle a désormais atteint le sommet.

«Toutes les étoiles s’alignent», a ajouté Francis, qui a quitté le ski de compétition à l’âge de 16 ans et travaille dans l’entreprise familiale. Valérie vit les meilleurs moments de sa carrière et elle participera à deux slaloms géants à domicile. Ça va être amusant de vivre ça en famille. Comme toujours, je serai dix fois plus nerveux qu’elle, mais c’est réconfortant de voir qu’elle gère mieux la pression que moi. »

Présente avec sa famille depuis son retour de Killington et heureuse de dormir dans son lit, Valérie se souvient de ces belles années en compagnie de son frère. « Je l’ai suivi toute ma jeunesse pour être aussi bon que lui et il a été une inspiration. Mon frère était mon guide en tout. C’était tellement amusant de skier à Tremblant chaque week-end avec mes parents et mon frère.

Grenier vit les meilleurs moments de sa carrière. «Parce que Valérie est le sujet brûlant de l’équipe canadienne et que tous les regards sont tournés vers elle, ça nous énerve un peu et on a des papillons», a expliqué le père de famille. Depuis le début de la semaine, je lui dis que c’est une Coupe du monde comme les autres et qu’elle doit rester telle qu’elle est sans chercher à faire plus ou moins.

Grand retour

Présents lorsque leur fille a subi une quadruple fracture de la jambe droite lors des championnats du monde 2019 à Are, en Suède, ses parents comprennent encore mieux l’ampleur de la tâche qu’elle a accomplie pour revenir à son meilleur niveau.

« Nous sommes vraiment heureux et fiers », a déclaré le père de Valérie. Elle a traversé une période vraiment difficile et à un moment donné, nous nous sommes interrogés sur ses chances de revenir. Valérie est une travailleuse acharnée, une battante et elle a travaillé fort. Elle est revenue plus forte qu’elle ne l’était grâce à plusieurs personnes sans qui cela n’aurait pas été possible.

« Son préparateur physique Scott Livingston est un gars incroyable ; les frères Érik et Stefan Guay ont apporté une contribution importante, poursuit M. Grenier. Erik a constamment encouragé Valérie et Stefan a fait un excellent travail lorsque Valérie est revenue sur la neige. Il a une très belle approche.

Francis souligne également l’éthique de travail de sa sœur. « Personne ne le mérite plus qu’elle. J’ai vu toutes les épreuves qu’elle a traversées. Elle n’a jamais perdu sa détermination et espère revenir forte.

Ayant été témoins de la chute de leur fille en Suède, les parents gardaient une petite crainte, mais elle est moins forte en slalom géant, où les vitesses sont plus faibles. « Il y a toujours une petite peur intérieure, mais on essaie de ne pas trop y penser. »



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page