Coyote, bientôt 20 ans, se développe dans le secteur du tracker de véhicules

Dans les bureaux de la société Coyote, à Suresnes, Hauts-de-Seine, le 24 janvier 2024.

« La marque Coyote reste connue en France, mais est-ce pour les bonnes raisons ? », demande Stéphane Curtelin, le directeur commercial de l’entreprise française, à deux jours de l’annonce par l’entreprise de sa feuille de route pour les mois à venir, jeudi 27 juin. Au programme, des améliorations de ses produits (conception visuelle et sonore, amélioration des alertes routières ). Alors que l’entreprise fondée en 2005, qui promettait à l’origine aux automobilistes d’éviter d’être flashés sur les routes de France, s’apprête à fêter ses 20 ans, ce n’est plus tout à fait la même.

Lire aussi : Dans Waze et Coyote, les signalements de contrôles de police seront bientôt bloqués lorsque l’État le demandera

En témoignent ses derniers résultats financiers qu’elle a présentés. Pour l’année 2023, 40% de ses 150 millions de chiffre d’affaires proviennent de sa nouvelle activité « Coyote Secure », lancée en 2018, qui propose à ses utilisateurs de souscrire à un programme (15 euros par mois) leur permettant de les aider à trouver leur véhicule s’il a été volé. « Dans 91 % des cas, nous parvenons à les retrouver dans les quarante-huit heures », explique M. Curtelin. En 2023, seulement 25 à 30 % de ses revenus provenaient de cette activité.

Pour parvenir à ce résultat, l’entreprise française a développé des boîtiers équipés de diverses technologies de communication pour se prémunir contre les précautions prises par les voleurs (brouillage, dissimulation de véhicules dans les caves, conteneurs…), mais recrute également des détectives pour garantir sa promesse. Coyote ne communique pas sur le nombre de ces professionnels qu’il emploie, ni sur le nombre de clients ayant souscrit à son service, mais il assure qu’en 2023 il a permis de récupérer une valeur totale de véhicules de 45 millions d’euros.

Être compétitif sur son cœur de métier

Ce nouveau segment d’activité a été rendu possible par l’acquisition de la société française Traqueur en février 2018. Les coffrets qui garantissent ce service sont assemblés en Normandie. Sur l’année 2023, 100 000 nouveaux trackers auront été installés auprès de 1 200 concessionnaires automobiles, de chaînes comme Carglass ou de compagnies d’assurance (GMF, Generali, Gan, Axa, MAAF…). Le contrat initialement proposé en France est désormais disponible en Belgique et en Espagne.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Coyote dessert les flottes d’entreprise

Face à une concurrence féroce sur son cœur de métier où les solutions gratuites se sont multipliées – Waze, Maps (Google), Plans (Apple) – ce levier de développement est une aubaine pour Coyote, même si la majorité de ses clients se concentrent sur ses solutions d’aide à la conduite avec plus plus de 5 millions d’utilisateurs en Europe – dont 1 million ne se limitent pas à l’application, mais ont également acheté une box spécifique (de 79 à 149 euros).

Il vous reste 21,11% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.