Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Crime organisé | Coupable de production de cocaïne

Joseph Frenn, un individu que les renseignements policiers relient au crime organisé libanais, a été reconnu coupable de production et de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic, jeudi, au palais de justice de Saint-Jérôme.


Joseph Frenn, 33 ans, ses frères, ainsi que les frères Saoumaa et d’autres individus, ont fait l’objet d’une enquête majeure en 2017 de la Division du crime organisé du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) intitulée Affliction.

Les enquêteurs soupçonnaient l’organisation de vendre à cette époque jusqu’à 50 kilos de cocaïne par semaine et de fournir les Hells Angels et la mafia.

La même organisation serait, selon la police, à l’origine d’une importation ratée par avion de 130 kg de cocaïne en mars 2017.


PHOTO FOURNIE PAR LES DOUANES AMÉRICAINES ET LA PROTECTION DES FRONTIÈRES

Sylvain Desjardins et David Ayotte ont fait atterrir en urgence leur petit avion rempli de 130 kilogrammes de cocaïne dans l’Ohio le 29 mars 2017.

L’avion, piloté par deux Québécois, avait effectué un atterrissage d’urgence sur la piste de l’aéroport de l’Université de l’Ohio en raison d’un problème mécanique.

L’organisation avait également installé un laboratoire sophistiqué de traitement et de pressage de cocaïne sur le chemin Thomas Gore à Lachute, qui a été démantelé par la police quelques jours après l’atterrissage d’urgence de l’avion.


PHOTO DÉPOSÉE AU TRIBUNAL

Une photo de la propriété du chemin Thomas Gore à Lachute, où se trouvait le laboratoire, dans le garage en arrière-plan.

Trahi par son ADN

En avril 2017, des détectives ont découvert dans ce laboratoire, installé dans le garage extérieur d’une propriété, une presse hydraulique, des balances électroniques contaminées à la cocaïne, des fours, des moulins à café, des scellants, des produits chimiques, des masques, des casques ventilés, des gants et des tampons faisant office de logos. de kilogrammes de cocaïne.


PHOTO DÉPOSÉE AU TRIBUNAL

Une partie de l’aménagement du laboratoire de transformation et de production de cocaïne démantelé par les enquêteurs de la Division crime organisé du SPVM en avril 2017.

L’ADN de Joseph Frenn a été identifié sur un masque et sur l’un des casques retrouvés au laboratoire, et une de ses empreintes digitales a été retrouvée sur une balance.


PHOTO DÉPOSÉE AU TRIBUNAL

C’est sur un casque comme celui-ci, découvert au laboratoire de Lachute, que l’ADN de Frenn a été retrouvé.

Les preuves contre Frenn reposaient également sur des vidéos et plusieurs surveillances réalisées entre janvier et avril 2017, au cours desquelles il a été vu se rendant au laboratoire, ou en compagnie de complices avec lesquels il transportait ou échangeait sacs et valises, dont une fois entre minuit. et 8h du matin

«Une machine à compter de l’argent, des masques, des produits servant au trafic de drogue, des sacs réutilisables, les mêmes que ceux saisis lors des perquisitions et contenant des kilos de cocaïne, ont été retrouvés au domicile de l’accusé», a souligné le juge Sylvain Lépine de la Cour du Québec, avant de conclure que à la lumière de la preuve circonstancielle présentée devant lui, il ne pouvait tirer aucune conclusion autre que la culpabilité de l’accusé.

« Les observations faites par les policiers lors des surveillances démontrent un comportement inhabituel. Il ne s’agit pas d’individus pratiquant un sport ensemble. Ces individus, dont les accusés, échangent des sacs. On n’en voit pas le contenu mais la seule conclusion logique, avec les éléments saisis lors des perquisitions, c’est-à-dire des stupéfiants, de l’argent et des produits et instruments utilisés dans le trafic et la vente de stupéfiants. , c’est que l’accusé avait connaissance et contrôle de la cocaïne », a conclu le juge Lépine.

« L’un des arguments de la Défense est que nous ne voyons pas le contenu des sacs transportés par l’accusé et ses complices présumés. Mais c’est la nature même de ces crimes que de cacher ce qui est transporté. Les trafiquants de drogue ne vont certainement pas transporter de l’argent et de la drogue dans des sacs transparents », a ajouté le magistrat, qualifiant même de « tirée par les cheveux » une des théories de la Défense.

Une accusation peu courante

Il est relativement rare au Québec qu’un individu soit accusé et reconnu coupable de production de cocaïne. Une personne reconnue coupable de cette accusation est passible d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

« Les preuves circonstancielles contre l’accusé étaient probantes hors de tout doute raisonnable. Mais combiné aux preuves directes, cela est devenu accablant. Le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales (DPCP) est satisfait du jugement compte tenu de l’analyse complète des preuves effectuée par le Tribunal », ont réagi les procureurs du Parquet, Mme.e Caroline Buist et M.e Jennifer Lepage.

Joseph Frenn était représenté par Me Danièle Roy.

Les présentations sur la peine ont été reportées à la mi-janvier.

Pour contacter Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 21. 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La presse.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page