Crise à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont | Paul St-Pierre Plamondon réclame plus de «responsabilisation» du gouvernement

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, entend demander plus de «responsabilisation» au gouvernement Legault dans le dossier de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, où il a rencontré des travailleurs lundi. Le PQ doit rencontrer mardi le premier ministre François Legault pour discuter notamment de ce dossier.


« C’est la broche qui tient l’hôpital », a déclaré Paul St-Pierre Plamondon en point de presse lundi après-midi à la suite de sa visite à l’établissement. La situation à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont figure en tête de sa liste de priorités à aborder lors de sa rencontre avec le premier ministre, François Legault.

« C’est assez frappant de parler aux travailleurs. Aujourd’hui encore, jour où la population coopère, évite les urgences, le nombre de malades est toujours inférieur à la moyenne et on a encore recours aux heures supplémentaires. C’est pour vous dire combien de main-d’œuvre manque », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, une centaine d’infirmières urgentistes de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont ont menacé de démissionner, notamment en raison du recours excessif aux heures supplémentaires obligatoires, de « l’ambiance toxique » et des « conditions de travail inhumaines ».

Jeudi, le CIUSSS de l’Est-de-l’Ile-de-Montréal a demandé l’aide de travailleurs bénévoles de la santé pour venir prêter main-forte au personnel de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Pour remédier à la situation, le Parti québécois veut s’attaquer aux heures supplémentaires obligatoires et mettre fin aux agences privées, en commençant par retirer « les quarts de travail les plus intéressants » des agences, a indiqué M. Plamondon.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.