Skip to content
Crise dans les urgences |  Christian Dubé veut augmenter la capacité sur les étages

(Québec) Christian Dubé demande à ses équipes d’évaluer une nouvelle recommandation provenant de sa cellule de crise qui obligerait les étages d’un établissement de santé à augmenter leur capacité d’hospitalisation pour répartir la pression lorsque les urgences sont congestionnées.




Le ministre de la Santé considère qu’il s’agit d’une « excellente recommandation » qui ne peut toutefois être mise en œuvre par « des ciseaux hurlants ». M. Dubé a confirmé mercredi avoir demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) d’évaluer rapidement la « praticabilité » de cette mesure, alors que « le débat est encore entre les urgences et les chirurgies », a-t-il précisé. -il explique.

« C’est une question de jours, il faut aussi s’assurer que les recommandations qui sont faites sont applicables et appliquées correctement », a déclaré M. Dubé à son arrivée à la réunion du conseil des ministres mercredi. Le ministre réagissait à une information du 98.5 FM qui rapportait mercredi que la cellule de crise avait recommandé que, lorsque les urgences d’un établissement sont à 150% de leur capacité, les étages doivent prendre plus de patients.

Nous [parle de] cellule de crise en urgence, c’est la vie des gens [qu’on parle]. Lorsqu’il y a des recommandations comme celle que j’ai entendue ce matin, que je trouve très intéressante, je veux juste m’assurer qu’on les rende publiques quand tout le monde [sera] D’accord.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Le MSSS n’a pas été en mesure de fournir mercredi à La presse détails de la mesure proposée.

Efficacité critiquée

Le ministre de la Santé a défendu mercredi l’efficacité de sa cellule de crise, après avoir été accusé par Québec solidaire d’être « déconnecté du réseau ». Le gouvernement Legault a créé il y a un mois une cellule de crise pour trouver des solutions pour désengorger les urgences, principalement celles du Grand Montréal, qui débordent de patients. Selon Québec solidaire, les résultats sont toujours attendus sur le terrain.

« Sur le terrain, les infirmières disent ne pas être écoutées, et elles sont au coeur de la crise », a déploré le porte-parole de la santé, Vincent Marissal. « M. Dubé devrait vraiment écouter, ça veut aussi dire écouter l’opposition. Je lui ai envoyé une lettre pour le féliciter d’avoir été reconduit à la Santé, je lui ai dit que j’étais toujours là, et je lui ai demandé, ça fait presque un mois, un rendez-vous pour pouvoir parler de la situation. Je n’avais même pas d’accusé de réception », a ajouté le député de Rosemont.

De son côté, le premier ministre François Legault a soutenu que « tout le monde fait de son mieux », rappelant que le réseau doit faire face à une pénurie d’infirmières.

Indicateurs à la baisse

Le temps d’attente moyen d’une civière aux urgences est toujours de 18 heures, comme lors de la création de la cellule de crise, alors que l’objectif est de 14 heures. La proportion de patients qui occupent des civières mais ne nécessitent plus de soins d’urgence est en revanche en baisse, à 12,14%. À la mi-septembre, cette proportion était de 13,90 %, selon le tableau de bord du MSSS.

Le taux d’occupation des urgences a également diminué au cours du dernier mois partout au Québec, atteignant environ 114 %. Ce taux oscillait autour de 125 % à la mi-octobre.

Pourtant, les salles d’urgence des hôpitaux du Grand Montréal demeurent très demandées. Au Centre hospitalier de St. Mary, le taux d’occupation est de 173 %, selon le site Health Index. Il est de 190 % à l’Hôpital général du Lakeshore.

La situation est d’autant plus préoccupante qu’il y a actuellement une crise des urgences pour enfants en raison de la forte circulation des virus respiratoires. La presse a rapporté mercredi que plus de 150 000 enfants sont actuellement absents de l’école.

C’est plus que lors de la vague Omicron qui a fortement secoué le Québec à l’hiver 2022. Le nouveau ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, n’a pas voulu répondre aux questions des journalistes sur la situation lorsqu’il est arrivé en séance du Conseil des ministres. M. Drainville n’a participé à aucune mêlée depuis le lendemain de sa nomination. Il a simplement dirigé les journalistes vers la Santé publique et dit avoir suivi ses recommandations.

Le gouvernement Legault a jusqu’ici présenté des mesures pour décongestionner les urgences, telles que la création de deux cliniques d’infirmières praticiennes spécialisées à Montréal, l’achat de lits hors réseau et le retour du service « Un appel, un service », par le 811, pour les soins pédiatriques.La semaine dernière, il a également annoncé la création d’une équipe de fluidité hospitalière.

Avec la collaboration de Charles Lecavalier, La presse


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.